Le livre numérique en bibliothèque

Il y a quelques mois, j’ai eu la chance d’être invitée par les organisateurs du cycle « Bibliothèque en débat » (à savoir Martine Poulain, qui dirige la collection « Bibliothèques » au Cercle de la Librairie, et mes collègues de la direction des collections de la BnF) à participer à la séance portant sur le livre de Laurent Soual, Le livre numérique en bibliothèque : état des lieux et perspectives. Y participait également Guillaume de la Taille, en charge de la mise en œuvre du projet PNB au sein des bibliothèques de la ville de Paris. Vous pouvez réécouter le débat (audio, 1h24) sur le site de la BnF. A l’époque, je m’étais promis d’écrire une revue du livre de Laurent Soual, mais je n’en ai pas trouvé le temps.

Aujourd’hui, à moins de vivre dans une grotte, vous avez probablement remarqué que le service de prêt numérique lancé par les bibliothèques de la ville de Paris mi-octobre suscite quelques débats dans la communauté professionnelle. C’est donc l’occasion de ressortir le livre de Laurent Soual, qui constitue une excellente synthèse et un panorama très complet des problématiques posées par le livre numérique, pas seulement en bibliothèque d’ailleurs. On y remonte à l’origine de l’historique des initiatives actuelles, on y décortique le cadre législatif et on y décrypte le vocabulaire technique, on y présente les nombreux acteurs de la complexe chaîne du livre numérique, et on y détaille les modalités d’acquisition pour les bibliothèques, en France et à l’étranger. Pour le bibliothécaire qui veut se lancer dans le sujet et avoir une vue d’ensemble des enjeux, c’est un excellent point de départ.

Bien sûr, le livre vous donnera quelques clefs sur le projet PNB (Prêt numérique en bibliothèque), comment il s’est élaboré et quels en sont les acteurs et les contraintes. Mais il aborde aussi des modèles différents reposant sur des acquisitions de bouquets et de l’accès en streaming. En effet, PNB n’est ni le seul ni le premier service permettant de mettre à disposition des livres numériques dans les bibliothèques ; fort heureusement, d’ailleurs, car ce qu’il propose  à la fois en termes de contenus et de mode d’accès (le fameux système des « jetons ») n’est pas adaptés aux besoins, par exemple, des bibliothèques universitaires et de leurs usagers étudiants et chercheurs.

En fait, PNB cherche à répondre à une problématique précise : celle du prêt d’ouvrages principalement destinés à une lecture linéaire, nomade et pas nécessairement connectée (par ex. sur liseuse), de type lecture publique. Le dispositif vise donc surtout les ouvrages de librairie courante et notamment la fiction récente, ce qui a nécessité la recherche d’un consensus complexe avec les acteurs dont le modèle économique repose sur la commercialisation de ces ouvrages.

La réception par le public des premières initiatives comme Bibook à Grenoble (étude d’usage en cours de publication) semble démontrer qu’il existe bel et bien un public et des usages pour cette offre ciblée. Toutefois, cela n’oblitère en rien le besoin d’autres modèles pour des usages d’étude ou de recherche, ou tout simplement des pratiques de lecture plus tournées vers la « longue traîne » auxquelles le fonds documentaire actuellement proposé par PNB ne répond pas et qui impliquent pour les bibliothèques des durées d’usage beaucoup plus longues.

Pour en savoir plus sur PNB, je vous conseille de lire les comptes-rendus de l’association CAREL (dernier point en février 2015), et pour plonger dans le débat : le point de vue des bibliothécaires expérimentateurs de PNB sur lettrenumeriques.be et le récapitulatif fouillé publié par le collectif SavoirsCom1.

Publicités

Le Web sémantique en bibliothèque [texte imprimé]

Je trouve enfin le temps d’annoncer ici la sortie du livre Le Web sémantique en bibliothèque que j’ai rédigé avec la complicité d’Antoine Isaac et Gautier Poupeau. Oui, un livre en papier, je vais enfin avoir ma notice d’autorité dans le catalogue de la BnF !

Couverture

D’abord c’est une super excuse pour le ralentissement des publications sur ce blog : pensez, quand on est occupé à écrire un livre, c’est plus compliqué de garder le rythme du blog en parallèle. Au final, tout y est condensé en 171 pages, disponibles également au format numérique.

Vous y trouverez une synthèse de tout ce que nous racontons régulièrement dans les formations et les journées d’étude, augmentée de quatre cas pratiques, tirés de notre expérience personnelle, qui vous aideront à conduire votre propre projet de Web sémantique en bibliothèque (ou dans tout autre établissement culturel ou non d’ailleurs, l’intérêt de l’ouvrage n’étant pas limité aux bibliothèques mais pouvant toucher les professionnels de l’information en général).

Un petit mot enfin sur les coulisses de l’élaboration de cet ouvrage : l’idée m’en est venue lors d’un salon du livre en discutant avec Martine Poulain, qui dirige la collection Bibliothèques du Cercle de la librairie et que je remercie d’avoir cru en ce projet, même lorsqu’il m’a fallu plus d’un an pour trouver le temps d’en poser la première ligne.
J’ai rédigé une grande partie du texte qui constitue cet ouvrage à partir du matériau brut que constituaient nos notes, articles, présentations etc. à tous les trois. Les idées qu’il contient n’auraient jamais pu voir le jour sans les longues conversations que j’ai pu avoir avec mes deux co-auteurs, qui ont également relu le tout (plusieurs fois !) avec l’œil scrutateur qui assure une critique constructive.
Je remercie enfin mes différents interlocuteurs chez Electre pour avoir assuré dans un temps record une publication d’une grande qualité, malgré la technicité du contenu, et pour avoir veillé au moindre détail (jusqu’à la couleur figue de la couverture !)

Bonne lecture…

Compte-rendu du séminaire IDPF

A l’occasion du Salon du Livre de Paris, j’ai eu la chance d’assister au séminaire organisé par l’IDPF (International Digital Publishing Forum) le 25 mars dernier. L’objectif de ce séminaire technique était de présenter aux éditeurs les fonctionnalités de l’ePub3 et les perspectives offertes par ce standard. Je rends compte ici de ce que j’ai pu y entendre.

L’IDPF est un organisme de normalisation dont le sujet de travail principal est la normalisation du format ePub. Le séminaire s’est ouvert sur une conférence introductive de Bill Mc Coy, directeur exécutif de l’IDPF, qui avait pour objet de démontrer entre autres que la distinction entre sites internet, applications natives et livres numériques a de moins en moins de sens aujourd’hui avec la mutualisation des moyens de développement entre ces plateformes. Il pose le constat que le modèle économique de l’application native ne fonctionne pas : elles coûtent trop cher à produire et les modalités de production ne sont pas scalables à l’ensemble du catalogue d’un éditeur qui publie plusieurs centaines ou milliers de titres par an. Il est donc nécessaire de faire évoluer ce mode de travail. Il est probable qu’à l’avenir on se dirige de plus en plus vers un format de contenus structuré qui sera réutilisable dans plusieurs contextes. L’ePub3 est appelé à jouer un rôle dans ce contexte grâce à la conjonction avec HTML5.

La présentation d’HTML5 était effectuée par Robin Berjon qui représentait le W3C (je m’excuse d’avance pour l’inexactitude probable avec laquelle je vais rapporter ses propos…) L’ePub3 était présenté par Daniel Weck du consortium Daisy (un organisme qui travaille sur l’accessibilité du livre numérique) (ses diapos en ePub dans le texte ici.)

HTML5 est plus une galaxie de normes qu’une norme unique. Il y a une centaine de spécifications liées entre elles qui incluent HTML5 proprement dit mais aussi d’autres standards tels que CSS par exemple (pour la mise en forme), Javascript, etc. L’ensemble est désigné sous le terme générique de « the Open Web Platform ».

HTML5 apporte de nouvelles fonctionnalités par rapport au HTML traditionnel :
– support natif de la vidéo et de l’audio : on n’a plus besoin d’installer un plug-in (ex. Flash) pour lire ces médias
– interactivité native grâce à « canvas », une sorte de langage qui permet de coder directement en HTML des applications interactive (jeux, 3D…) de même type que ce qu’on pouvait faire avec Flash
– de nouvelles fonctions de présentation (il semblerait qu’on puisse faire des ligatures grâce à HTML5 et CSS par ex. :-)
– le support natif de Ruby (utile pour les écritures japonaises et chinoises), MathML (pour les équations mathématiques) et SVG (images vectorielles qui permettent par exemple d’agrandir les images sans pixellisation)
l’amélioration des formulaires
– de nombreuses APIs qui permettent notamment d’interagir avec le terminal (dans le cas d’un terminal mobile cela permet de gérer par exemple l’orientation portrait/paysage, de détecter les vibrations, d’interagir avec le micro, la lumière ambiante, etc.)
– une meilleure sémantique de structuration de la page qui permet maintenant de distinguer un en-tête et pied de page, des menus de navigation, etc.

On le voit, toutes ces nouvelles fonctions de HTML5 sont extrêmement pertinentes dans le contexte d’un usage en mobilité et plus spécifiquement dans le contexte du livre numérique enrichi.
Dans la mesure où ePub3 est complètement basé sur HTML5, on dispose nativement de tout l’outillage nécessaire pour ajouter des médias, interagir avec des terminaux de lecture de type eReader / tablette, et structurer le contenu d’une manière cohérente avec les pratiques traditionnelles du livre (en séparant le texte lui-même du paratexte – titres, tables des matières, notes, etc.)

ePub3 est donc basé sur HTML5 mais vient également y ajouter un certain nombre d’éléments :
– l’empaquetage : en plus de l’empaquetage physique (un fichier ePub est en fait une sorte de « zip » qui contient plusieurs fichiers) il s’agit de déclarer toutes les composantes d’un paquet : navigation linéaire, table des matières, liste des pages physiques (permet des renvois depuis les références du livre imprimé)
– le paquet peut aussi contenir des métadonnées et inclure les polices spécifiques dont on a besoin pour la présentation. Cela permet à l’ePub d’être autonome et autodescriptif ;
– l’accessibilité : à l’origine le consortium Daisy travaillait sur son propre format XML pour les personnes en situation de handicap (le XML Daisy). Ils ont décidé de s’impliquer dans la normalisation d’ePub3 pour palier aux défauts d’accessibilité qui étaient ceux d’ePub2. Il est ainsi possible de synthétiser automatiquement une lecture audio à partir du texte en faisant appel à certaines fonctions de CSS (choix du type de voix, ajout d’un fichier de prononciation pour les termes ambigus par ex.)
– un système de liens performants, le système CFI (Canonical Fragment Identification) gère les notes de bas de page – qui deviennent d’ailleurs plutôt des pop-up dans ce contexte – et les tables des matières directement en HTML5 (en ePub2, il y avait un format distinct pour encoder la table des matières. Le fait qu’elle soit un simple fichier HTML permet de la présenter comme une page normale et pas seulement comme un outil de navigation)
– les méthodes de cryptage, de signature et de gestion des DRM.

A titre d’illustration de ces potentialités, un autre intervenant, Peter Meyers, nous a présenté trois exemples de livres numériques qui tirent tout le potentiel du média interactif :
The good man, une nouvelle interactive
Welcome to Pinepoint par Paul Shoebridge et Michael Simons (en Flash) qui fonctionne un peu comme un scrapbook multimedia
Fish, un essai de Robin Sloan conçu pour la lecture sur smartphone.
Il s’agit ici d’inventer de nouvelles modalités d’écriture et de lecture dans un monde numérique.

Luc Audrain d’Hachette a ensuite présenté la problématique de l’industrialisation de la production de livres numériques pour les gros éditeurs.
Il a commencé son exposé en notant que contrairement à une idée reçue, transformer un livre papier en livre numérique n’est pas une opération qu’on fait une fois pour toutes. Au contraire, il faut la répéter plusieurs fois : pour corriger des erreurs, pour prendre en compte des nouvelles versions du format, etc. L’industrialisation de la production est donc d’autant plus une nécessité.

Il nous propose ensuite une grille d’analyse matricielle permettant de différencier les types d’ouvrages en fonction de leur niveau de structuration et de l’importance de la mise en page :
– peu structuré, peu maquetté (ex. romans)
– très structuré, peu maquetté (ex. dictionnaires)
– très structuré, très maquetté (ex. livres de recettes de cuisine)
– peu structuré, très maquetté (ex. livres d’art).
Cette grille permet de faire un choix entre deux stratégies de conversion : les ePub adaptables (dont la mise en page se réorganise en fonction de la taille et du format de l’écran) et les ePub fixés (qui respectent strictement la maquette d’origine).
Le ePub adaptable est très immersif et adapté à la lecture linéaire. Interopérable, il peut être produit à partir d’un flux XML. Cependant, la mise en page est limitée.
Le ePub fixé respecte la maquette du papier ce qui permet des coûts de production très bas. Toutefois, on perd en accessibilité et on ne distribue que sur un nombre limité de plateformes.
Pour Luc Audrain, si on ne fait que du texte, cela ne vaut pas la peine de passer à ePub3 qui n’est pas encore largement supporté, il vaut mieux rester à ePub2.

Plusieurs chaînes sont possibles pour produire les ePub adaptables :
– export ePub direct à partir d’InDesign : nécessite une grande vigilance de base sur la conception du fichier InDesign et de reprendre les ePub à la main ;
– deuxième possibilité, on structure un fichier Word pour obtenir de l’XML. Ce fichier XML est ensuite utilisé pour générer le PDF imprimeur et une version XML du contenu. On stocke l’ensemble dans un système de DAM (Digital Asset Management). L’ePub peut être généré en sortie. Cette chaîne fonctionne si on travaille à partir du fichier remis par l’auteur : pour le rétrospectif, on doit repartir du PDF imprimeur, voir du scan+OCR de la version papier.

Pour l’ePub fixé, on part de la maquette du papier et on produit :
– soit du HTML5+CSS (on crée un cadre dit « viewport » et ensuite on positionne les blocs de texte et d’image en absolu)
– soit une image vectorielle (SVG) ce qui revient au même principe en utilisant une technologie différente. N’importe quel PDF peut être facilement transformé en SVG, mais ce format n’est pas toujours supporté dans les logiciels de lecture d’ePub
– soit par une simple image de type JPG (méthode à l’abandon car fournit une expérience de piètre qualité notamment quand on agrandit l’image). Toutefois il peut être utile d’intégrer l’image dans le HTML5 afin qu’elle puisse servir de présentation alternative si le format n’est pas supporté.

Les contenus fortement structurés sont de plus en plus souvent stockés dans une base de données. Des équipes éditoriales les préparent alors en vue d’en faire des publications : vers du papier, des applications, des sites web, des fichiers ePub. Il existe des outils sur le marché permettant de gérer ce type de chaîne. Les auteurs n’écrivent plus uniquement pour le papier mais produisent des contenus.

Enfin il reste évidemment possible de créer un ePub ex-nihilo. L’outil Bluegriffon par exemple est un éditeur Web wysiwyg pour HTML5 et il permet également de générer des ePub2 et des ePub3.

La dernière étape réside dans le contrôle qualité. Il existe des outils de validation comme ePubcheck pour la structure des fichiers ePub. Il faut ensuite procéder à une validation visuelle grâce à un lecteur d’ePub comme Readium.

Une présentation de Marc Bide, du consortium EDItEUR a permis de rappeler que les métadonnées jouent un rôle encore plus important pour le livre numérique que pour le livre imprimé, car elles sont l’unique moyen de trouver le livre pour l’utilisateur final. Elles sont donc capitales pour la chaîne de distribution, mais aussi pour la bibliothèque personnelle de l’usager : tous les ebooks embarquent un minimum de métadonnées à cette fin. Toutefois celles-ci ne sont pas toujours suffisantes : c’est quand même énervant quand on a tous les livres d’une série d’être obligé de regarder dans wikipédia pour savoir dans quel ordre les lire !

L’ISBN est important pour faire le lien entre l’ouvrage et ses métadonnées. Marc Bide rappelle qu’il est important de fournir des ISBN différents pour la version papier et pour la version numérique. En effet, l’ISBN sert à différencier les éditions et non à les relier. On fournit un ISBN différent pour chaque format entrant (ex. PDF et ePub) ; c’est par contre optionnel si on a différents formats de sortie (ex. ePub et Mobi).

EDItEUR a sorti en 2009 une nouvelle version d’Onix, Onix 3.0, qui est beaucoup plus adaptée au livre numérique que l’ancienne version Onix 2.1. Elle permet entre autres de décrire des contraintes d’usage associées à un livre numérique.

Pour l’IDPF, la problématique majeure aujourd’hui est de faciliter l’adoption de l’ePub3 qui n’est pas encore très largement supporté, et même quand il l’est c’est souvent de manière incomplète.
Le BISG (Book Industry Study Group) maintient un outil qui permet de savoir quelle plateforme supporte ou non quelle fonctionnalité d’ePub3 : le ePub3 support grid.

Pour pallier à cette problématique, les tenants de l’HTML5 et de l’ePub3 encouragent le développement en « fallback design » : c’est-à-dire un design qui s’adapte aux capacités des différentes plateformes.
Il en existe deux sortes :
– « graceful degradation » : le développement est effectué en visant les plateformes les plus performantes, mais si une fonctionnalité n’est pas supportée, des formats alternatifs sont proposés
– « progressive enhancement » : la version présentée par défaut est la plus basique, ensuite on teste en javascript l’environnement de l’utilisateur et on fournit progressivement les contenus plus avancés si la plateforme le permet.

L’IDPF s’implique également dans le développement de Readium, qui est considéré comme le logiciel de lecture d’ePub3 de référence. Le jour du séminaire, l’IDPF annonçait la création de la Readium Foundation, dont l’objectif est de fournir des briques logicielles pour accélérer l’adoption d’ePub3. L’un des moyens utilisés sera la création d’un Readium SDK que les développeurs pourront utiliser pour intégrer les fonctions de Readium dans leurs propres applications.

Vers l’epub 3.0

Lu dans une dépêche du GFII, l’International Digital Publishing Forum (IDPF pour les intimes) annonce qu’ils vont lancer un travail pour refondre le format « epub », l’un des formats les plus en vogue du « livre numérique ».

(En écrivant cela, je me rends compte que je n’ai encore jamais parlé de livres numériques sur mon blog, ce qui prouve à quel point j’ai laissé se creuser le fossé entre ce que j’absorbe dans ma veille et ce que j’en restitue. Mais bon, tout est là, dans TeXtes… Et puis j’ai pris des bonnes résolutions, comme vous pouvez le constater).

Bref, on peut consulter en ligne le projet de charte du groupe de travail qui va se pencher là-dessus. Il identifie 13 axes d’amélioration pour le format epub :
1. permettre d’embarquer des contenus « riches » (multimédia)
2. meilleur support des langues et des caractères non latins
3. support du niveau « article » pour les journaux et revues
4. support amélioré des métadonnées (ONIX, RDFa)
5. meilleure gestion de la présentation au niveau de la page
6. amélioration de la navigation (table des matières…)
7. alignement avec les standards du Web
8. mécanismes d’annotation
9. représentations mathématiques
10. éléments spécifiques à la structure des livres (glossaires, références)
11. accessibilité (avec DAISY)
12. possibilité d’ajouter des extensions spécifiques à un domaine métier
13. enfin, élaborer une feuille de route pour mettre epub en relation avec les normes officielles au niveau national et international.

Les changements seraient suffisamment importants pour justifier une version « 3.0 » d’epub (tiens, ça manquait de 3.0 ce billet justement ;-) et d’ores et déjà, une convergence avec HTML5 est envisagée.

Si vous pensez que cette liste n’est pas complète, vous avez jusqu’au 20 avril pour répondre à l’appel à commentaires public lancé par l’IDPF.

Adorables figues

On m’a signalé récemment la parution de cet ouvrage essentiel : La communauté des adorateurs du figuier par Franck Berthoux. D’après la 4e de couv. (ill. en coul.), ladite communauté, dont le sigle ressemble furieusement à celui d’un organisme dont la générosité me tient à coeur ces derniers temps, était une espèce de secte qui défendait l’idée que la pomme d’Adam et Eve était en fait une figue. Il faudrait que j’y jette un oeil, moi qui suis une adoratrice reconnue de la figue ;-)

J’en profite pour vous donner un petit conseil automnal. Les figues n’étant pas excellentes cette année, choisissez-les très mûres ; le meilleur signe est que sous la base de la figue on voit la chair rouge à travers une déchirure en forme d’étoile… Si vous en achetez toute une barquette et que celles du fond, malgré une couleur sympathique, restent obstinément dures comme du bois, voici une recette qui permet de les recycler :

– couper les figues en 4
– les faire revenir 2 minutes à feu vif avec une noisette de beurre
– ajouter 1/2 sachet de sucre vanillé
– faire revenir encore 2 minutes en remuant délicatement (pour ne pas faire la charpie)
– servir avec une boule de glace à la vanille.
C’est très bon !

Merci au dépôt légal pour la référence du livre.

Le temps n’est rien

Le temps n’est rien est le titre d’un livre que j’ai lu récemment. Non pas que je vous en recommande particulièrement la lecture, à moins que vous ne soyez de fervents adeptes des drames sentimentaux assez déprimants. Mais bon, ce bouquin raconte l’histoire d’un type qui se trouve être bibliothécaire à la Newberry Library de Chicago. Je ne résiste pas à l’envie de vous citer la phrase du livre, lancée par une amie lesbienne à la future épouse du bibliothécaire en question :

Faut que t’en profite un peu avant de te caser avec ton Rat de Bibliothèque. (…) T’auras à peine eu le temps de dire ouf que tu vas te retrouver avec une ribambelle de bibliothécaires modèles réduits qui chieront la classification décimale de Dewey dans leurs Pampers.

Bon c’est pas tous les jours qu’on lit ce genre de référence à la Dewey dans un roman quelconque. Enfin je vous rassure, j’ai bien inspecté le contenu des miennes, de Pampers, et point d’indices ni de cotes (d’ailleurs on s’attendrait plutôt à y trouver des triples ou des métadonnées de préservation, mais non plus !)

La fin des temps

– […] Moi, pour expliquer ça simplement, je suis mêlé à la guerre de l’informatique. Autrement dit, je suis le chaînon manquant entre maintenant et le moment où les ordinateurs auront une personnalité. Un expédient temporaire, quoi.

– Les ordinateurs auront une personnalité un jour ?

– Peut-être. Et comme ça ils pourront eux-mêmes brouiller leurs données et les reprogrammer, et personne ne pourra voler les informations.

[…]

– Je ne comprends pas très bien, dit-elle […]. Parce qu’une bibliothèque c’est un endroit tellement paisible. Il y a plein de livres, et tout le monde vient les lire, c’est tout. Les informations sont ouvertes à tous et personnes ne se bat pour elles.

– J’aurais dû travailler dans une bibliothèque.

Haruki Murakami, La fin des temps (1985).

Je vous recommande la lecture de ce bouquin génial, qui vous montrera la bibliothèque plus poétique, étrange, sereine, poussiéreuse, riche, utile et romantique que vous ne l’avez jamais vue. D’une façon générale, il faut lire du Murakami, et celui-là en particulier. C’est essentiel à la vie.

L’arbre de l’intelligence

Il y aurait beaucoup à dire sur le figuier et les religions. Par exemple sa place dans la Bible est importante et de grande notoriété. Par contre, le rôle qu’il a joué dans d’autres religions est parfois moins bien connu : saviez-vous que c’est sous un figuier que Bouddha eut une de ses principales révélations ??? D’où ce surnom d’arbre de l’intelligence ou arbre de sagesse.

Si le genre humain n était pas sauvé comme put le croire à ce moment Siddhârtha du moins une religion nouvelle était fondée Le Bouddha avait alors trente six ans L arbre sous lequel il s assit à Bodhimanda était un figuier de l espèce appelée pippala5 et la vénération des fidèles ne tarda pas à l entourer d un culte fervent dura de siècles0 Dans l année 63a de notre
Journal des savants Par Académie des inscriptions & belles-lettres (France), Institut de France

ou bien

Le Journal des savants, 1854, page 412

Evidemment ce figuier, même s’il est de la même famille, n’a pas grand chose à voir avec son cousin qui nous gratifie de si merveilleux fruits en cette douce saison. Il a des feuilles en forme de goutte se terminant par une pointe.

On l’appelle aussi figuier des pagodes, ou pipal.

Haro

Après presque 5 semaines de vacances, il va me falloir un peu de temps pour me remettre de ces émotions et remonter la longue file d’attente de la veille en retard (même si j’en ai purement et simplement abandonné une partie, d’ailleurs j’ai découvert à cette occasion qu’on ne pouvait pas avoir plus de 200 items dans un fil dans Bloglines…).

Au petit bonheur la chance, donc, voici un des trucs qui ont attiré mon attention dans ce grand dépouillement estival : les gens qui râlent avec une véhémence extraordinaire contre Google Books. Et pour une fois, avec des bonnes raisons, je veux dire, des raisons bibliothéconomiquement recevables.

L’article de Paul Duguid dans First Monday, pertinemment cité et même traduit par JM Salaün, nous rappelle les danger de la fameuse utopie de la reproduction absolue, du transfert complet de support.

Brewster Khlale (le papa d’Internet Archive) donne dans Library Journal une interview assassine qui dénonce l’adhésion des bibliothèques à un programme qui pèche par sa fermeture d’esprit. On verra s’il fait beaucoup mieux avec son méta- catalogue- universel- wiki- encyclopédie- bibliothèque- numérique, Open Library dont on peut voir pour l’instant une démo, sur lequel on peut lire cette interview d’Aaron Schwartz, et dont je reparlerai plus tard.

Pendant ce temps, Google signe avec Keio au Japon et Cornell aux Etats-Unis, entre deux réflexions sur les moldus et les hobbits.

Au fait, depuis octobre 2005, qu’est-ce qui a vraiment changé ?

Le bibliothécaire

Grave question pour un bibliothécaire que de savoir comment répondre en société à cette question anodine, "et toi, tu fais quoi dans la vie ?", question qui débouche inévitablement sur la suivante "ah bon, et c’est un métier, ça, de ranger des livres ?"

Moi-même il m’arrive assez souvent dans mon cadre familial de rencontrer des gens qui sont, disons, peu sensibilisés à l’utilité du métier de bibliothécaire et des bibliothèques en général ; pour eux ça doit être un peu comme les piscines, c’est sale et plein de pauvres et ils préfèrent avoir la leur chez eux parce qu’en plus ça fait assez joli.
J’ai toujours rêvé d’avoir une tirade extraordinaire à leur sortir sur mon métier et voilà que je la trouve, où ça, je vous le donne en mille, dans un livre.
La voici :

ELLE : Dites-moi ce que c’est, un bibliothécaire.

LUI : Une sorte de communisme, sans l’idéologie ou Marx ou toutes ces conneries. Notre métier, c’est de distribuer du savoir. Gracieusement. Entrez, s’il vous plaît, entrez, prenez un peu de savoir gratis, non, ce n’est pas plafonné, continuez, vous pouvez vous en gaver, non, ce n’est pas une arnaque, ce n’est pas un échantillon gratuit pour vous appâter et vous facturer plus tard, ou bien pour vous tapisser le cerveau de logos et de slogans. Un bibliothécaire n’a pas un statut social très élevé, et nous ne gagnons pas non plus beaucoup d’argent ; plus qu’un poète, d’accord, mais pas autant qu’un type qui sait bien faire la manche. Alors nos idéaux comptent beaucoup pour nous, et aussi l’amour des livres, l’amour du savoir, l’amour de la vérité et de la liberté d’information, le désir que les gens puissent découvrir les choses par eux-mêmes. Qu’ils puissent lire, oh, des histoires d’amour ou des romans policiers, ce qu’ils veulent. Et que les pauvres puissent avoir accès à Internet.

ELLE : Vous êtes un type bien.

En fait plus que d’apporter des réponses, ce roman fait extrêmement bien ce qu’un roman est censé faire, prendre la réalité et la tordre un tout petit peu, juste assez pour nous remplir d’un espoir rageur et d’une satisfaction vengeresse. Juste assez pour qu’on ait l’impression qu’à un rien près, nous vivons dans un monde ou les bibliothécaires sont essentiels à la vie et à la société, peuvent devenir des héros qui s’enfuient en sautant par la fenêtre et en volant un cheval, peuvent être aimés et craints comme s’ils faisaient un métier comme les autres. Mais pas assez pour empêcher Windows de planter juste au moment où on a besoin de lui.

On est d’accord, ce n’est pas un grand chef d’oeuvre, juste un polar ; mais un polar avec un bibliothécaire comme héros, on ne voit pas ça tous les jours.
Larry Beinhart, Le bibliothécaire. Paris : Gallimard, 2005.