Le temps n’est rien

Le temps n’est rien est le titre d’un livre que j’ai lu récemment. Non pas que je vous en recommande particulièrement la lecture, à moins que vous ne soyez de fervents adeptes des drames sentimentaux assez déprimants. Mais bon, ce bouquin raconte l’histoire d’un type qui se trouve être bibliothécaire à la Newberry Library de Chicago. Je ne résiste pas à l’envie de vous citer la phrase du livre, lancée par une amie lesbienne à la future épouse du bibliothécaire en question :

Faut que t’en profite un peu avant de te caser avec ton Rat de Bibliothèque. (…) T’auras à peine eu le temps de dire ouf que tu vas te retrouver avec une ribambelle de bibliothécaires modèles réduits qui chieront la classification décimale de Dewey dans leurs Pampers.

Bon c’est pas tous les jours qu’on lit ce genre de référence à la Dewey dans un roman quelconque. Enfin je vous rassure, j’ai bien inspecté le contenu des miennes, de Pampers, et point d’indices ni de cotes (d’ailleurs on s’attendrait plutôt à y trouver des triples ou des métadonnées de préservation, mais non plus !)

Une réflexion sur “Le temps n’est rien

  1. Bonjour

    Il y a aussi une référence à la Dewey dans l’un des romans d’heroic-fantasy du Disque-Monde, de Terry Pratchett, avec son célèbre orang-outan bibliothécaire !

    Bises

    David B.

Les commentaires sont fermés.