Du spam dans mon RSS

Ca faisait un moment que j’avais remarqué des dysfonctionnements dans mon bon vieux Bloglines. Par exemple, pour des raisons inexpliquées, certains blogs très intéressants ne reçoivent plus aucune mise à jour dans Bloglines depuis des mois, et j’arrive pas à réparer. Pour d’autres, j’ai été obligée de me désabonner et de me réabonner dans la foulée.

Mais alors ce matin ça dépasse tout :

Tiens tiens, me dis-je, ce cher Olivier serait-il devenu « very dynamic » pendant la nuit ? aurait-il troqué son patronyme habituel pour celui, plus anglo saxon, d’Aaron Stone ? Point du tout. Son fil a RSS a tout bonnement été spammé. Pas le blog lui-même, juste le fil RSS. Sans doute dû à son hébergeur car j’ai repéré une autre victime.

Alors voilà, un mythe de brisé, on croyait qu’on était tranquilles avec le RSS, et en fait non. Où va-t-on, franchement.

Publicités

RSS à la BDIC

Non, ce n’est pas un nouveau message de jargon cryptique, mais simplement une belle découverte : la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine a mis en place sur son site Web un système d’espace personnel largement basé sur RSS.

On peut ainsi choisir quelles parties du site on souhaite voir s’afficher quand on est connecté, mais aussi :

  • les actus de la bibliothèque
  • les fils RSS de grands quotidiens nationaux et internationaux
  • les fils RSS de votre choix – blog ou autre
  • des « fils RSS bibliographiques » qui permettent de suivre l’entrée de nouveaux documents dans les collections en fonction de domaines de recherche
  • la revue de la bibliothèque, Matériaux pour l’histoire de notre temps
  • les nouvelles acquisitions.

On peut même créer des alertes bibliographiques sur les collections de la BDIC ou sur le Web, et les recevoir par mail ou les afficher dans son espace.

Pour moi c’est un peu la réalisation d’un vieux rêve : tout ce que vous avez toujours rêvé de faire avec RSS dans votre bibliothèque sans oser le réaliser. Bravo à eux.

Agrégateur en panne

Depuis vendredi, il nous arrive un truc vachement bizarre et pour tout dire horrible : on n’a plus accès à Bloglines (ni à aucun service de Askjeeves) chez nous. Un problème de routage ou je sais pas quoi, enfin, un problème de Web qui est cassé.
Conséquence directe : je n’ai pas accès à mes fils et encore moins à mes « clippings », ces trucs qu’on peut mettre de côté dans mon agrégateur préféré. Donc pas de veille, donc pas de billet, et en particulier pas de confiture de liens.

Pour me faire pardonner, je poste une autre photo d’un truc que j’ai fait. Lequel est une pâle et imparfaite copie de ça qui est au Louvre. Au fait vous me direz je pourrais mettre un lien vers le Louvre mais qui a envie de mettre un lien pareil sur son blog. Vos identifiants pérennes, les gars !!!

En attendant je me suis rabattue sur litefeeds qui récupère automatiquement les souscriptions de Bloglines, mais c’est pas vraiment génial. Donc si quelqu’un a une idée d’agrégateur en ligne super bien avec import OPML et qui marche, merci de me passer le tuyau !!!

Pratique

Vous l’avez peut-être remarqué, je ne suis pas très en forme cette semaine donc excusez-moi si les billets sont courts et mélangés.

Aujourd’hui, quelques trucs pratiques…

Le premier c’est une page de personnalisation de fil RSS pour obtenir les nouveautés de sa bibliothèque. On peut choisir par classe de la Dewey ou une autre classification plus générale, et on choisit les critères de tri des résultats ainsi que la fréquence d’actualisation.

Le second c’est Lookleap, un outil qui sert à générer des URL raccourcies pour citer une ressource. Il permet aussi d’annoter des pages Web et d’envoyer des mails préformattés avec un lien. Enfin, si on lui donne à manger un PDF, il en propose une version "cache" très propre en HTML. Un peu comme la transformation du PDF proposée par Google, mais en propre. C’est spécial pour les gens qui haïssent le PDF.

Le dernier est un manuel de numérisation édité électroniquement et accessible librement en ligne. L’ouvrage date de 2005 et on peut l’acheter 30$ sur Amazon (pour les gens qui arrivent pas à lire sur écran ;-) mais il faudra attendre le 30 novembre !

Annotation collaborative

Pas besoin de développer des interfaces extraordinaires pour permettre l’annotation collaborative d’une ressource disponible en ligne, comme le montre le site  »Annotated NY Times. Celui-ci est construit à partir des fils rss des blogs qui commentent les articles du New York Times. On peut suivre les discussions par article, par auteur des articles ou par thème. Le site agrège les billets qui citent le NY Times, et propose plus de 6000 fils RSS pour suivre chaque discussion.

"NOT affiliated with The New York Times" peut-on lire sur la page learn more. C’est dommage… et si les journaux utilisaient la puissance de RSS et la richesse des blogs pour permettre de suivre l’impact d’un article sur le Web ?

Je trouve cette initiative vraiment intéressante et elle montre bien qu’avec des outils simples on peut construire un véritable contexte collaboratif autour d’une ressource. Un journal, mais pourquoi pas, demain, un inventaire d’archives en EAD annoté par les chercheurs qui font du dépouillement, un catalogue de bibliothèque commenté et annoté par les lecteurs, ou encore une bibliothèque numérique enrichie ? Bien sûr, il faudrait que les institutions soient prêtes à s’ouvrir à des contenus dont la validation leur échappe, ou plutôt, dont la validation se fait a posteriori du côté des lecteurs, par simple confrontation de la multiplicité des sources. Il faudrait aussi qu’il y ait plus de sources donc beaucoup plus de blogs, mais pour ça, je suis confiante en l’avenir :-)

Vu sur e-cuaderno.

Tiens, presque en même temps, une expérience du même genre avec un wiki et un texte juridique : voir sur Juriblog.

Du nouveau en sciences de l’info

OCLC Research annonce la mise en place d’un nouvel entrepôt OAI en bibliothéconomie et sciences de l’information. Il regroupe toutes les publications par, pour, dans et autour d’OCLC research, dont on peut voir la bibliographie ici.

Il y a donc des liens vers des articles publiés dans diverses revues en ligne, mais aussi des articles qui n’étaient pas encore publiés, des articles sortis « en papier » numérisés, des diaporamas, etc.

A suivre donc, et pour cela, il y a même un fil RSS qui est bizarrement totalement vide pour l’instant mais on peut espérer que ça va changer !

(source de l’information : un peu tout le monde, entre autres Peter Scott).

Quelques outils…

… et j’en ai pour tous les goûts !

Pour votre aggrégateur, deux ressources d’intérêt techno-bibliothéconomique avec leurs fils :

  • E-LIS, une archive ouverte en science de l’information, qui contient des articles en anglais, en espagnol, en italien, en polonais et même en français, RSS
  • le site d’ERPANET (Electronic Resource Preservation and Access Network) a maintenant son fil RSS (merci 10kyblog)

Pour vos bookmarks, deux resources tirées d’Erpanet justement, les « papiers » de deux rencontres :

Enfin, un petit outil qui devrait réjouir les bloggers, les geeks, les bloggers-geeks et les bibliothécaires qui pensent encore que la validation des sites Web se fait avec des grilles et des cases à cocher… URLinfo. Mode d’emploi :

  • tapez l’URL du site qui vous intéresse
  • cliquez sur tout les boutons
  • et vous saurez tout sur ce site, le WhoIs du nom de domaine, le nombre de liens entrants selon Google, selon Yahoo, les sites similaires, etc, etc. Vous pourrez aussi faire une recherche dans le site, le valider W3C et tout ce que vous voudrez, le traduire dans la langue de votre choix, chercher les fils RSS et les aggréger dans Bloglines, le convertir en HTML s’il est en flash ou en PDF… Et j’en oublie.

Bref, l’essayer, c’est l’adopter !!!

Service providers pour l’OAI

Etes-vous en quête de bons service providers, généralistes ou spécialisés dans un thème, pour avoir accès aux entrepôts OAI et aux archives ouvertes de votre discipline ?

Gerry McKiernan nous propose quatre synthèses dans ce domaine (en pdf) :

Vous savez, Gerry McKiernan, le "Monsieur RSS" de la bibliothéconomie…

L’info vient de la liste DigLib.

Mise à jour :

Oups, j’avais regardé ça un peu vite ! Les corrections sont dues à Gustavo (voir commentaire) et on les retrouve, en Galicien, sur Bibliobus !

Aggrégateur de pages

Puisqu’on en est à parler de cette fichue île déserte, sur laquelle je viens de passer un week-end excellent, merci, j’observe que l’île déserte est un endroit où l’on emmène volontiers ce bouquin énorme et un peu rébarbatif, qu’on aurait toujours voulu lire sans en prendre le temps.

Autre possibilité pour venir à bout de l’ouvrage redouté : utiliser RSS. Eh oui, aujourd’hui, si vous voulez vous mesurer à James Joyce en VO, où à Léonard de Vinci en anglais également, vous pouvez faire arriver une page par jour de ces livres dans votre aggrégateur préféré.

Imaginez une bibliothèque numérique qui vous propose une dose homéopathique quotidienne de la Recherche du temps perdu… Je souscris…

Merci à La Feuille et aux nombreux bloggeurs amateurs de Leonardo outre-Atlantique.

A la pêche aux liens

Alors que le Web se googlise de plus en plus chaque jour (entendez par là la démarche suivante : je me pose une question – je tape ma question dans une case – j’obtiens la réponse dans la 1e page de résultats), certains continuent à aborder le Web avec des annuaires, directory en anglais.

Je ne pense pas que ce soit nécessairement une vision passéiste de l’accès à l’information, c’est une façon différente d’aborder la masse, par la classification et la sélection… par la méthode bibliothéconomique pure, en somme.

Cela devient en fait intéressant, à mon humble avis, lorsqu’à ce catalogue de liens vient s’ajouter une dimension temporelle, comme c’est le cas dans la navigation sociale à la del.icio.us. Au-delà du catalogue de liens, on crée une sorte de traçabilité de la navigation du "catalogueur", qui pose des jalons au fil de ses déplacements sur le Web.

Il y a ainsi effet de méta-annuaire lorsque le répertoire de sites se dote d’un moyen de suivre régulièrement ses mises à jour, par exemple grâce à RSS. A la description pure s’ajoute l’aspect progressif et prospectif qui fait la richesse d’un répertoire en évolution, suivant le rythme du Web, par rapport à un catalogue en apparence inerte.

Quelques exemples de répertoires de sites disposant d’un fil RSS :

Peut-être un bon départ pour créer son compte sur un aggrégateur ? Alors j’ajoute un répertoire de fils RSS, qui crée également des fils par thèmes et des fils pour des sites qui n’ont pas de fils :

Oups j’oubliais de citer mes sources pour ces liens… alors merci à Constellation W3 et LBR Weblog!