A la pêche aux liens

Alors que le Web se googlise de plus en plus chaque jour (entendez par là la démarche suivante : je me pose une question – je tape ma question dans une case – j’obtiens la réponse dans la 1e page de résultats), certains continuent à aborder le Web avec des annuaires, directory en anglais.

Je ne pense pas que ce soit nécessairement une vision passéiste de l’accès à l’information, c’est une façon différente d’aborder la masse, par la classification et la sélection… par la méthode bibliothéconomique pure, en somme.

Cela devient en fait intéressant, à mon humble avis, lorsqu’à ce catalogue de liens vient s’ajouter une dimension temporelle, comme c’est le cas dans la navigation sociale à la del.icio.us. Au-delà du catalogue de liens, on crée une sorte de traçabilité de la navigation du "catalogueur", qui pose des jalons au fil de ses déplacements sur le Web.

Il y a ainsi effet de méta-annuaire lorsque le répertoire de sites se dote d’un moyen de suivre régulièrement ses mises à jour, par exemple grâce à RSS. A la description pure s’ajoute l’aspect progressif et prospectif qui fait la richesse d’un répertoire en évolution, suivant le rythme du Web, par rapport à un catalogue en apparence inerte.

Quelques exemples de répertoires de sites disposant d’un fil RSS :

Peut-être un bon départ pour créer son compte sur un aggrégateur ? Alors j’ajoute un répertoire de fils RSS, qui crée également des fils par thèmes et des fils pour des sites qui n’ont pas de fils :

Oups j’oubliais de citer mes sources pour ces liens… alors merci à Constellation W3 et LBR Weblog!