Raté

Parce que j’ai mieux à faire de mes samedis soirs que de regarder Ushuaïa TV, et parce que je ne dépouille pas intégralement les pages « Télévision » de Télérama avant le début de la semaine (télévisuelle – qui commence visiblement le samedi), j’ai raté un documentaire intitulé « L’arbre de vie ». Il parle de la relation complexe entre le figuier africain (le sycomore) et les animaux qui s’en nourrissent et le fertilisent. Un documentaire paraît-il génial, quelqu’un l’a vu ? Sait où le trouver ?

Publicités

A la télé…

Je vais passer à la télé ! Non, je n’ai pas accepté de passer chez Delarue (ceux qui lisent le fil des commentaires comprendront l’allusion) mais je fais une courte apparition, avec mention de mon blog, dans un documentaire qui sera diffusé à 20h40 ce jeudi 8 février sur France 5.

J’engage les amoureux des bibliothèques (en général) patrimoniales (en particulier) à regarder ce très beau film, très poétique comme une balade au hasard dans les rayonnages.

Et merci à Frédéric Laffont de s’être attardé sur mon cas, cela n’a pas été simple ;-)

L’INA m’a bluffée

J’ai attendu quelques jours avant de me connecter à la nouvelle vidéothèque numérique de l’INA… que celui dont le site Web n’a jamais été submergé ou victime d’une défaillance technique leur jette la première pierre. Voilà, donc c’était pour dire que je ne suis pas la première à en faire la remarque, mais chapeau.

Bien sûr on peut les complimenter sur l’intérêt de leurs abondantes ressources et la pertinence de leur modèle économique, mais je voudrais aller un peu plus loin que ça et les féliciter pour leur site, pour son organisation et pour leur architecture de l’information remarquable.

Quelques leçons à prendre sur le site de l’INA.

Ce qui est chouette…

D’abord dans cette catégorie je mettrais la navigation par listes. Elle n’est pas encore à facettes – on doit suivre l’arborescence préétablie – mais pour butiner la collection c’est vraiment très bien.

Mon deuxième va aux fonctionnalités de personnalisation. D’abord j’aime beaucoup la petite barre de vignettes pour récapituler la navigation sur le site, on peut trouver cela gadget mais c’est joli. Ensuite, il y a un panier pour acheter et un espace personnel pour ranger ses vidéos préférées. Et on a même envie de s’inscrire (et pourtant ce genre d’impulsion est rare chez moi).

Mon troisième va à la visualisation des documents, avec des zones spécifiques pour les fonctions d’achat, pour les fonctions de « sociabilité » (genre envoyer à un ami, qui marche pas super bien apparemment ceci dit) et une zone de rebond sur mots-clefs bien pratique, suffisamment discrète et visible à la fois.

Enfin un petit bonus pour le formulaire de recherche, conçu intelligemment dans la façon d’affiner la requête et qui possède un tri sur pertinence. Les listes de résultats sont bien aussi.

Ce qui est moins chouette…

Après on peut toujours trouver des défauts et discuter. Le graphisme est un peu minimaliste et trop statique, la chronologie est laborieuse et donne de faux espoirs (je recherche encore la vidéo de Vanessa Paradis à 5 ans dans l’Ecole des Fans :-( toute une époque). Les textes ne sont pas très lisibles et tous ces petits ascenseurs partout, ça perturbe.

Le forum truffé de remarques désobligeantes montre bien qu’il ne suffit pas de mettre un forum avec de jolies catégories et qu’il faut susciter une communauté. Je leur souhaite d’y arriver.

Enfin leur splash screen sur le site institutionnel ressemble tellement à une pub en flash pour Ikea que je l’ignorais par réflexe et il m’a fallu 3 minutes pour trouver l’entrée du site.

Enfin bon, il y en a toujours qui vont trouver les moyens de critiquer (non je n’ai pas regardé le code source et même, je m’en fous, na) mais tout ça pour dire que depuis le Louvre j’avais pas vu de site de ressources numériques publiques aussi bluffant. Et puis c’est vrai que les petits films sont vraiment sympas à regarder.

Vidéoconférence

Totem Consult signale ce dossier du Journal du Net euh du Management enfin c’est pareil, sur les réunions virtuelles. On y trouve un tour d’horizon des différentes méthodes pour organiser des vidéoconférences, y compris à travers le Web.

Mais il ne présente que des solutions logicielles assez coûteuses alors que je sais qu’il en existe des plus ouvertes, comme Access Grid, un projet de l’Argonne National Laboratory.

Ce logiciel utilise un système de grid pour permettre de partager des vidéos et des flux audio, mais aussi des applications comme un navigateur web partagé, un diaporama partagé…

Access Grid est vraiment très complet, il ferait presque le café à la pause… en tout cas ça doit être vraiment super si on réussit à le faire marcher. Le problème étant de réussir à le faire marcher, justement. Alors si quelqu’un qui aurait utilisé ce logiciel passe dans le coin, qu’il n’hésite surtout pas à me faire partager ses lumières, cela me rendrait grandement service…

De la bouteille de Klein aux extra-terrestres

Il y a quelques temps, j’ai découvert la 4e dimension : celle de la bouteille de Klein. Je précise que j’étais arrivée là via le noeud de Moebius d’Olivier. Pour paraphraser l’article de Wikipedia, il s’agit d’imaginer un mouvement de la surface qui serait impossible dans notre dimension, lui permettant de s’interpénétrer elle-même.

Poursuivant ma quête de la 4e dimension, j’ai atterri sur des sites scientifiques qui m’ont révélé une nouvelle dimension des interfaces de bibliothèques numériques… D’abord ici où vous pouvez manipuler la bouteille de Klein avec la souris, puis … Ce deuxième site présente des modèles de cinématique, c’est-à-dire des machines qui sont faites juste pour fonctionner. On peut, pour certaines, les voir à l’oeuvre et même les manipuler avec la souris, aussi.

Dans le genre original, vous pouvez aussi visiter une bibliothèque numérique un peu particulière, consacrée aux cynlindres enregistrés, les premiers supports sonores du siècles dernier. On peut les écouter et les copier (oui, ils sont dans le domaine public, et le site lui-même est en Creative Commons).

N’oubliez pas, pour terminer cette promenade scientifico-étrange, de changer votre logiciel de grid si vous participez au SETI project : ce projet de recherche d’une intelligence extra-terrestre entre dans une nouvelle phase.

Corpus oraux

A consulter sur le site du ministère de la Culture, le Guide des bonnes pratiques pour la constitution, l’exploitation, la diffusion et la conservation des corpus oraux encore en version de travail (attention fichier pdf de 123 pages qui a un peu du mal). Il est discuté ici.

Le texte est intéressant, il aborde tous les aspects du sujet, de la constitution des archives orales jusqu’à leur préservation sur le long terme. A noter, une partie fournie sur les questions juridiques de toute sorte, et des indications sur les formats numériques pour l’enregistrement, la conservation et la transcription.

Découvert sur Pluri(TAL).

Radio libre en ligne

Le site Arte Radio diffuse en ligne des sons sous licence Creative Commons.

Ce sont des musiques, des reportages, des nouvelles, toutes sortes de bandes son en mp3… un tas de choses que l’on peut réutiliser, mettre en ligne sur propre site Web.

On peut aussi se faire sa playlist, la réécouter en revenant sur le site, ou encore afficher une animation en rythme avec le son.

Pour écouter l’explication sonore du choix d’Arte radio, avec la voix de Jean-Baptiste Soufron qui explique la licence Creative Commons, dans une interview agréablement artistique : c’est ici.

Quelques ressources

C’est le retour de vacances, eh oui, toutes les bonnes choses ont une fin (vous en saurez plus à ce sujet bientôt). Reprenons doucement mais avec sérieux, par la présentation de quelques ressources d’intérêt.

Open Video Project est un répertoire de ressources vidéo libres de droits (ou à peu près) disponibles sur Internet. On peut visualiser des tas de petits films courts du début du 20e siècle, mais aussi des films "publics" américains comme ceux de la Nasa… Pour ceux qui, comme moi, sont trop jeunes pour avoir assisté aux premiers pas de l’homme sur la lune (fichier en Mpeg). Vu à la télé.

Pas encore de ressources, mais un intéressant projet, sur Open Audio books, un projet en forme de blog dont l’idée est d’appeler des bénévoles à lire des chapitres de livres libres de droits pour les diffuser librement sur Internet. En anglais, évidemment. Vu sur Library stuff.

Enfin, spécialement dédicacé à mes amis les historiens du livre, la bibliothèque de l’Université de Virginie diffuse de belles numérisations de livres français du 16e siècle : le site s’intitule Renaissance in print. Un site par ailleurs bien documenté, qui donne des exemples, des explications pédagogiques et des liens sur les différents types d’ouvrages (livres d’emblèmes, livres d’heures, etc.) Hélas pas encore traduit en français, mais ça pourrait venir.