Le butin de l’été

Voilà que se terminent des vacances riches en figues. J’en ai ramené quelques souvenirs :
– une serviette brodée figues
– le figoun, dont j’ai déjà parlé
– deux sortes différentes de biscuits à la figue, et un paquet des fameux et délicieux « croquants »
– une sorte de confiture, sortie des chaudrons de Lucien Georgelin
– une drôle de tarte aux figues sèches et à la lavande (ça sent fort la lavande)
– et bien sûr, le fruit de la cueillette, un peu plus de deux kilos de belles figues blanches, cueillies à Clansayes dans la Drôme au petit matin, arrivées sans encombres à Paris vers 18h, et à l’heure où je vous parle, déjà en grande partie transformées en ma confiture préférée.

Autres épisodes figuesques dont je n’ai pas gardé de preuves photographiques :
– le pain aux figues, on en a acheté à la Ronde des Pains il était très bon et j’en ai aussi eu du fait maison
– les raviolis frais jambons figues, chez le traiteur italien du marché.

Enfin dans les visites à figuiers, noter la Garde Adhémar, l’un des plus beaux villages de France, où il y avait de nombreux figuiers notamment dans le jardin botanique.

Le Figoun

Enfin, après bien des recherches, je l’ai trouvé : le figoun !

Son existence m’avait été signalée par des lecteurs avisés. J’en ai cherché sans succès : des liqueurs de figues, des sirops de figues, ça oui, mais le vrai, l’authentique Figoun, rien d’autre que quelques traces ça et là sur le Web, parfois sans rapport.

Finalement, dans une petite rue de Fréjus, chez un marchand de vins à la devanture remarquable, j’ai trouvé une bouteille du nectar provençal. Nous l’avons bu bien frais, à l’apéro, sous un chaud soleil d’été ; ses 18° ne passent pas inaperçus !

Barcelone

A Barcelone j’ai eu la chance d’arpenter longuement les jolis jardins de l’Université qui a abrité les participants d’ELAG et de visiter les voûtes de la Bibliothèque Catalane.

Universitat de Barcelona
Biblioteca de Calalunya

Pour le reste, il me fallait choisir parmi les nombreuses choses qu’on peut faire et voir à Barcelone et j’ai opté pour des activités typiques à savoir…

Marcher dans les rues : en effet, il n’est pas d’activité plus typiquement espagnole que d’arpenter le pavé sans but précis, de préférence dans la plage horaire 18-23h. On peut éventuellement ponctuer sa promenade d’activités optionnelles telles que l’achat de sandales en cuir ou de robes vertes fluos à fleurs oranges, la consommation de gauffres hypercaloriques dont l’empilement stratigraphique de chocolat, bananes, cacahuètes et crème chantilly ferait pâlir un archéologue, ou le multilinguisme trans-européen (par exemple, vous pouvez parler anglais avec des catalans ou espagnol avec des italiens).

Visiter le parc Güell : cela ressemble assez à un croisement génétique suspect entre Montmartre et les buttes Chaumont, doublé d’une mutation à la Disneyland.

Parc Güell
Parc Güell

Bref il y a beaucoup d’escaliers, de touristes, de pigeons et de maisons qui ont de drôles de formes et couleurs. Mais au moins, pourrait-on espérer, y a-t-il des figuiers à Barcelone ? Eh bien, pas dans le parc mais j’en ai tout de même trouvé un.

Figuier à Barcelone

Il se cachait dans une petite rue sans prétention, entre un coiffeur et un marchand de chaussures. Un seul figuier, c’est décevant pour une ville méditerranéenne non ?

La figue du druide ménapien

Des figues.

Crue ou cuite, la figue est un fruit des meilleurs
Elle nourrit, engraisse, et sert en médecine.
Elle lâche le ventre, adoucit la poitrine,
Et guérit beaucoup de tumeurs.

Pour les glandes, l’abcès, même les ecrouelles
Son cataplasme a fait les cures les plus belles.
Joignez-y le pavot, elle aura la vertu
De retirer des chairs un morceau d’os rompu.

Figues mûres crevant sur l'arbre

Mauvais effets de l’excès des figues.

Quoique les figues soient si bonnes,
Gardez-vous bien d’en faire excès.
Je ne le conseille à personne ;
Voici quels en sont les effets.

Son suc engendre d’ordinaire
Une humeur qui dispose au mal pédiculaire,
Met un pauvre homme en rut, l’excite à des efforts
Qui dans peu ruinent le corps.

Secrets du vieux druide de la forêt ménapienne… / publiés et mis en langage vulgaire par le sage Aremi. Limbourg : s.n., 1844.

Mon Noël à la figue

Comme vous le savez, les figues sont l’un des ingrédients indispensables d’un Noël réussi. Voici quelques pistes…

La bougie de Noël, senteur figues et miel de chez Truffaut. Il y en a toute une gamme, hélas ça ne sent que très modérément la figue.
bougie à la figue

Les figues sèches. Cette recette est très particulière : ce sont de toutes petites figues, juste séchées. Elles ne sont pas conservées en galettes applaties comme celles qu’on trouve chez nous, et elles ont infiniment plus de goût et sont plus tendres. Mimi m’en avait ramené de Catalogne, celles-ci viennent d’Andalousie.
figues sèches

Les serviettes en papier aux figues. Pour se la jouer figues jusqu’au bout ! Elles viennent de Provence. On peut aussi les utiliser pour faire du bricolage.
serviette

Les chocolats aux figues. Oui, ces deux saveurs peuvent se marier (mais mieux vaut opter pour des figues sèches). Ces petites douceurs à damner un saint viennent du Salon du chocolat.
chocolats aux figues

Pour finir, un film à la figue : Azur et Asmar. Ce film est un moment de senteur presque autant que de couleur, avec un peu d’imagination. Sur plusieurs images, on peut voir des plats regorgeant de divers fruits et mets, et en Afrique du nord, ç’aurait été surprenant de ne pas y voir des figues. Eh bien, je vous rassure, elles-y sont ;-)

Enfin ceci dit si vous avez le choix, allez voir U !!!

Retour

Me voici de retour !

Comme je n’ai pas l’intention de raconter ici mes vacances en Grèce, je vous recommande si jamais cela vous intéresse d’aller lire nos réflexions intelligentes sur les petites cases.

Ensuite vous pourrez subir l’inévitable diaporama des vacances, qui commence ici :

Arrivée à l'Acropole

et se trouve également . Enfin quand même cela pourrait être notable de remarquer que j’ai bel et bien cueilli des figues.

Puis retour à la normale ;-)

PS : ah oui et j’oubliais, j’ai créé un groupe sur les figues dans Flickr, n’hésitez pas à contribuer, j’accepterai un peu tout : figues, figuiers, choses à la figue, photos de plats et recettes…

Alcool de figues

figue

A vous mes chers nombreux lecteurs qui ne savez pas quoi faire de vos innombrables figues, voici une idée : vous pouvez essayer d’en faire de l’alcool. Voici une recette de liqueur de figues qui n’a pas l’air trop compliquée, il faut juste être patient.

J’avais aussi donné celle-là l’an dernier.

Quant à moi j’ai refait une confiture mélange mirabelles et figues et c’est toujours aussi excellent.

Mi-figues, mi-raisin

Voilà une belle expression que je vous propose aujourd’hui d’illustrer à l’aide d’un fromage : le Boursin figues et noix.

Mi-figue, mi-raisin, tel est mon avis concernant ce fromage qui bien que très bon, frais avec un petit goût sucré et le croquant des noix, s’avère un peu décevant du strict point de vue des figues.
En effet, en lisant plus attentivement la liste des ingrédients, on découvre que pour seulement 2% d’une préparation de figues augmentée de sucre, on trouve aussi une certaine quantité de raisins secs entiers. On tombe d’ailleurs aisément sur ces derniers en tartinant le fromage.

Les corinthiens du XVe siècle mélangeaient des figues sèches, plus lourdes et moins coûteuses, à leurs précieux raisins de Corinthe, trompant ainsi leurs acheteurs avec un produit contenant du mauvais et du bon (mi-figue, mi-raisin).
A l’inverse, nos amis de chez Boursin nous vendent du raisin en le faisant passer pour de la figue. Voici une inversion caractéristique du bon (autrefois le raisin, aujourd’hui la figue) et du mauvais (et vice versa).