Mi-figues, mi-raisin

Voilà une belle expression que je vous propose aujourd’hui d’illustrer à l’aide d’un fromage : le Boursin figues et noix.

Mi-figue, mi-raisin, tel est mon avis concernant ce fromage qui bien que très bon, frais avec un petit goût sucré et le croquant des noix, s’avère un peu décevant du strict point de vue des figues.
En effet, en lisant plus attentivement la liste des ingrédients, on découvre que pour seulement 2% d’une préparation de figues augmentée de sucre, on trouve aussi une certaine quantité de raisins secs entiers. On tombe d’ailleurs aisément sur ces derniers en tartinant le fromage.

Les corinthiens du XVe siècle mélangeaient des figues sèches, plus lourdes et moins coûteuses, à leurs précieux raisins de Corinthe, trompant ainsi leurs acheteurs avec un produit contenant du mauvais et du bon (mi-figue, mi-raisin).
A l’inverse, nos amis de chez Boursin nous vendent du raisin en le faisant passer pour de la figue. Voici une inversion caractéristique du bon (autrefois le raisin, aujourd’hui la figue) et du mauvais (et vice versa).

Une réflexion sur “Mi-figues, mi-raisin

  1. J’y ai goûté hier soir.Positivons d’abord: le « sucré-salé » est très agréable. Mais comme je n’ai pas le goût sélectif :o)je n’ai absolument pas senti la figue, par contre j’ai « rencontré » plusieurs grains de raisins. Bien d’accord avec toi pour les appréciations.

Les commentaires sont fermés.