IIPC 2016 – how to collaborate ?

Il y a deux semaines, j’avais le privilège de partir pour une semaine en Islande à l’occasion de la rencontre annuelle du consortium IIPC pour la préservation de l’Internet : d’abord l’assemblée générale, puis conférence WAC (Web Archiving Conference) et enfin la réunion du Steering Committee, instance de gouvernance du consortium. Ce dernier, constitué de 15 membres issus pour la plupart de bibliothèques nationales, m’a fait la confiance de me confier la présidence du consortium pour un an.

 

Beaucoup d’entre vous m’ont félicitée sur les réseaux sociaux, ce dont je vous remercie, mais je ne suis pas sûre que tout le monde sache exactement de quoi il retourne, donc j’ai décidé de revenir ici sur le consortium IIPC et ce rôle de présidente.

 

Le consortium a été fondé il y a 13 ans par un petit groupe de bibliothèques nationales conjointement avec Internet Archive, fondation américaine à but non lucratif qui s’était donné l’objectif d’archiver le web dès le milieu des années 1990 et était pratiquement la seule organisation, à cette époque, disposant de l’infrastructure matérielle et logicielle permettant d’accomplir une tâche aussi dantesque à grande échelle.
IIPC avait alors pour but de créer des outils communs, de susciter l’émergence d’une communauté et d’alerter sur l’importance de l’archivage du web, afin que se mette en place une dynamique internationale qui assurerait la mémoire du web que nous connaissons.
Le propos introductif de Marc Weber, directeur du Computer History Museum, du colloque Time and temporalities of the Web, en fin d’année 2015, m’a fait réaliser que parmi les nombreux réseaux qui ont existé avant que le web ne finisse par s’imposer, comme Arpanet ou le Minitel par exemple, fort peu ont fait l’objet d’un effort de préservation ; en fait, seuls en ont bénéficié ceux dont les créateurs avaient conscience d’une perte de mémoire potentielle et se sont mobilisés pour sauvegarder leur propre objet.
Le travail d’Internet Archive dès 1996 puis l’investissement des bibliothèques nationales, qui ont cherché à se doter non seulement d’outils mais aussi d’un cadre juridique s’appuyant sur le dépôt légal et de procédures métier héritées de leur tradition professionnelle, ont doté le web d’une mémoire qui a en outre la qualité de ne pas être trop biaisée d’un point de vue historique, en tout cas moins que si elle avait été documentée uniquement par les créateurs du web eux-mêmes.
Avec la fondation d’IIPC, les bibliothèques nationales apportaient à la communauté de l’archivage du web un autre atout : leur capacité à organiser des processus de couverture documentaire au niveau international, comme elles l’avaient fait autrefois avec le contrôle bibliographique universel.

 

Aujourd’hui le consortium IIPC ce sont 50 membres venus de nombreuses régions du globe et dont le profil ne se limite plus aux bibliothèques nationales : des bibliothèques universitaires, des acteurs majeurs dans le domaine de l’audiovisuel ou encore des acteurs privés se préoccupent aujourd’hui de cette question. La conférence annuelle s’ouvre également, de façon de plus en plus prégnante, à des universitaires issus de différentes disciplines, pour lesquels les archives du web sont un objet d’étude et une source de premier plan.
Dans ce contexte, le consortium semble à présent traverser une deuxième crise de croissance (la première ayant eu lieu au moment où le consortium élargissait sa base de 12 membres fondateurs : pour en savoir plus sur l’histoire d’IIPC jusqu’en 2010, lire l’article de Gildas Illien dans le BBF). Ainsi les différentes sessions de l’assemblée générale et de la conférence, sans qu’un thème particulier leur ait été attribué, ont naturellement convergé vers une question récurrente : « how to collaborate » ? Tout le monde s’accordant à reconnaître que la collaboration était aujourd’hui un enjeu majeur et une aspiration généralisée, mais que le « comment » devenait compliqué à définir avec l’élargissement de la communauté, la multiplication de ses centres d’intérêt et de fait, parfois, des divergences de vues. Pour autant, les propositions de collaboration ont été foisonnantes et ont pris de nombreuses formes différentes :
Le panorama : avec plus de 50 institutions et 150 individus autour de la table, un des premiers enjeux réside dans le fait de savoir sur quels projets travaillent les uns et les autres afin de faire émerger des synergies potentielles. Harvard a réalisé récemment un « Web archiving environmental scan » : un travail de 5 mois pour explorer les pratiques de 23 institutions et en tirer 22 opportunités de travaux à conduire. L’idée qu’IIPC puisse être un forum pour mettre régulièrement à jour ce type de rapport et ainsi mieux communiquer sur les pratiques de ses membres a été émise.
Le développement open source : celui-ci reste au cœur des pratiques traditionnelles d’IIPC, et on perçoit aujourd’hui encore des attentes importantes à l’égard des outils majeurs comme le crawler Héritrix (robot qui moissonne les pages web) ou l’open wayback (outil d’accès aux archives web), perçus comme insuffisamment documentés et stabilisés.
Les API : les « gros » outils mentionnés ci-dessus, bien qu’utilisés très largement, sont perçus comme monolithiques et peu évolutifs au regard d’un web qui tend à se modifier techniquement plus rapidement qu’eux. Ainsi la collecte des réseaux sociaux ou encore des plateformes de vidéo sont aujourd’hui des challenges auxquels tout un chacun est confronté. L’idée de travailler sur une chaîne d’outils plus modulaire, souple et évolutive, dont les différentes briques seraient liées entre elles par des API avait déjà été soulevée par Tom Cramer l’année dernière. Mais elle s’est encore renforcée et précisée cette année.
Les normes et standards : fortement liés aux outils, les standards comme le format WARC et ses différents dérivés continuent à jouer un rôle important. L’effort de normalisation requiert la construction d’un consensus et fait donc partie des attentes à l’égard d’IIPC.
Les hackathons : L’exemple d’Archives Unleashed, présenté par Ian Milligan et Matthew Weber, a montré l’importance d’organiser des temps forts d’expérimentation réunissant développeurs, archivistes et chercheurs de toutes disciplines, non seulement pour faire émerger de nouvelles idées et projets de recherche, mais aussi pour mieux comprendre ce matériau particulier que sont les archives web et adapter les outils.
L’étude des usages : l’approche orientée utilisateurs n’est pas une nouveauté au sein de la communauté IIPC qui avait déjà rassemblé des use cases (une première fois en 2006 puis à nouveau en 2013). On a vu cependant émerger de nouvelles méthodes plus orientées études d’usage, comme l’utilisation de « personas » par les archives gouvernementales britanniques.
Les collections collaboratives : là aussi il y a un existant côté IIPC, avec les collections collaboratives qui se sont mises en place d’abord autour des jeux olympiques puis d’autres sujets (la grande guerre, la crise des migrants en Europe…) en utilisant depuis l’an dernier le service Archive It. On a vu cependant émerger d’autres propositions de modèles collaboratifs autour de la collecte, comme le projet Cobweb dont l’objectif est de mettre en commun les ressources de sélection et de collecte à travers un répertoire qui permettrait à chacun de proposer des collections à archiver et à différentes institutions de déclarer leurs collectes.
Le cloud : Brewster Khale, dans sa présentation de la « bibliothèque nationale d’Atlantis » (celle dont le logo est un mermaid cat), va plus loin et renoue avec le vieux rêve d’une grande archive internationale collaborative et reliée, en s’appuyant sur l’idée du cloud : une mutualisation des infrastructures, des ressources et des outils, permettant néanmoins à chaque bibliothèque nationale d’affirmer sa propre identité. On est très proche ici des idées que je présentais récemment au sujet des bibliothèques numériques. Brewster note aussi la difficulté croissante à démêler le web des autres ressources qui intéressent les bibliothèques (livres, revues, audiovisuel…), devenues elles aussi numériques et circulant sur le web, ce qui va nous obliger à penser des interfaces qui ne séparent plus le web du reste de la bibliothèque.

 

Et mon rôle de présidente, dans tout ça ? Le renouvellement de l’accord de consortium début 2016 a été l’occasion de remettre sur la table la question de la stratégie d’IIPC et ses ambitions, ainsi que de revoir sa gouvernance : ont ainsi été créés trois « portefeuilles » (« portfolios »), trois thématiques qui permettent d’appréhender le consortium sous trois angles différents : le développement des outils, l’engagement des membres et la recherche de nouveaux partenariats.
Ce changement amené par le précédent président, Paul Wagner de Bibliothèques et Archives Canada, pouvait paraître couler de source mais il a été reconnu par certains des membres les plus anciens du steering committee comme une étape essentielle, et avec raison. Il apporte en effet deux éléments qui seront sans doute clefs pour le développement d’IIPC à l’avenir : d’une part une gouvernance plus engagée, d’autre part une lisibilité de la stratégie qui devrait lui permettre de passer cette nouvelle étape de croissance, c’est-à-dire de cesser d’être un groupe ou un club exclusif réservé à quelques experts pour devenir une communauté, dans toute sa richesse et sa diversité.
Prenant le relais de Paul au 1er juin 2016, mon rôle sera d’accompagner cette nouvelle organisation et de l’installer dans le fonctionnement quotidien du consortium et en particulier du Steering Committee, avec pour ambition de transformer les idées en actions concrètes, même si celles-ci ont dans un premier temps une ambition limitée.
Sur ce je vous laisse, j’ai un « strategic plan » à rédiger ;-)

2 réflexions sur “IIPC 2016 – how to collaborate ?

  1. Cela prend probablement d’autres objectifs que celui de l’IIPC, mais dans la tradition du « good enough » il serait peut-être bon de s’intéresser à l’archivage local. Les bibliothèques locales n’ont pas nécessairement besoin d’un organisme immense (même si coopération) pour décider de conserver toutes les affiches de la mairie par exemple. De même, je me pose souvent la question de la localité, ou de l’intimité géographique ou conceptuelle des archivistes en herbe. Et de ce fait quel serait les moyens pour des amateurs de pouvoir verser une collection devenue signifiante pour le bien d’un plus grand nombre.

    PS: Bon courage pour la nouvelle tâche.

  2. En effet, je parle surtout des bibliothèques nationales parce que c’est mon objet d’intérêt le plus évident, mais il existe aussi des services comme LOCKSS ou Archive it qui permettent à d’autres bibliothèques d’archiver les ressources qui les intéressent directement. Lors de la conférence on nous a aussi présenté Webrecorder.io qui permet à chacun de se constituer sa petite archive personnelle en wysiwig. C’était très convaincant !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s