#EuropeanaElects : ma campagne sur Twitter

europeana-test

Europeana, je la connais depuis sa plus tendre enfance. En fait, elle n’était même pas encore née qu’on était dans une salle de réunion à Luxembourg, avec quelques collègues dont certains sont depuis devenus des amis, et on parlait d’interopérabilité comme on lance une balle à la passe-à-dix, priant pour qu’elle ne retombe jamais.

Puis il y a eu cette époque où on rêvait qu’Europeana ne soit pas encore un énième portail, où devant une bière sur une place ensoleillée de La Haye on griffonnait sur un bout de papier notre idée du réseau d’informations sémantiques, œuvres, personnes, événements… qui donnerait du sens à l’information culturelle diffusée sur le web. C’est comme ça qu’on s’est lancés dans la création du Europeana Data Model, EDM de son petit nom.

Puis il y a eu l’ère des projets, avec leur cortège de « proposal submissions », « work packages », « deliverables », « prototypes » etc. Ils sont bientôt devenus tellement nombreux que même les organiser et comprendre comment ils s’articulaient les uns avec les autres était devenu un défi. Pendant ce temps, le portail, lui, s’enrichissait de nouvelles fonctionnalités, s’ouvrait à des expositions virtuelles, agrégeait toujours plus de données provenant de toujours plus d’institutions dans toute l’Europe.

Où en est-on aujourd’hui ? Une nouvelle version du portail est en train de voir le jour. Même si on est encore loin de notre rêve initial, les progrès sont énormes. Et surtout, ce qui me paraît beaucoup plus important, le portail n’est que la partie émergée de l’iceberg.

Pour moi, la grande réussite d’Europeana, ce n’est pas d’avoir agrégé toutes ces données (même si je ne dis pas que c’était facile) mais d’avoir fourni une énorme impulsion dans la communauté culturelle en Europe pour permettre la numérisation du patrimoine. Des pays ou des institutions qui n’en auraient jamais fait un axe prioritaire se sont organisés pour obtenir des financements et lancer des projets. Ceux qui s’étaient déjà lancés ont apporté leurs collections mais aussi leur savoir-faire et leur expertise. Cet effort a été transverse (archives, bibliothèques, musées, audiovisuel) et a facilité l’émergence d’une préoccupation pour l’interopérabilité des collections même quand celles-ci sont constituées d’objets par définition uniques. Enfin Europeana a été un ardent promoteur de l’open data.EUfinal01-Cloud-V8-1024x768

La stratégie d’Europeana a évolué pour aller vers une infrastructure numérique partagée dont l’objectif est de servir aussi bien la communauté des professionnels des institutions européennes que celle des usagers. Les données ont été ouvertes en Linked Open Data, et leur redistribution via des dispositifs d’API pour encourager des réutilisations diverses et variées est considéré comme aussi importante, voire davantage, que le portail lui-même. L’ambition est également de partager des outils de traitements de données, d’enrichissement, de transformation et de préservation qui permettront aux institutions qui n’ont pas les moyens de les construire d’en bénéficier et d’enrichir leurs données et leurs services.

Enfin, Europeana est devenu un réseau, une communauté. Cette communauté partage son expertise professionnelle, technique et scientifique mais aussi sa motivation et son implication pour rendre accessible la culture européenne au plus grand nombre grâce au numérique. Construire et animer une communauté est une tâche ardue et parfois ingrate, mais c’est aussi ce qui permet aux idées de naître, de murir, de circuler et finalement de déboucher sur des projets et des réalisations qui peuvent transformer davantage que nos métiers et nos communautés. Transformer le monde par la culture, c’est l’ambition d’Europeana.

EUfinal07-Impact-V9Il ne faut pas oublier qu’Europeana est née d’une idée politique : elle a encore les moyens, grâce aux énergies qu’elle fédère, de peser en faveur des politiques culturelles des États de l’Europe et d’aider à mobiliser des moyens pour continuer à les développer. C’est parce que je crois sincèrement que sans Europeana, nous ne serions pas où nous en sommes aujourd’hui en matière de développement de l’accès numérique à la culture, qu’il était important pour moi de faire partie de l’association et de candidater pour devenir membre du conseil. On m’a invitée à faire campagne pour les élections qui se dérouleront en ligne du 3 au 9 novembre : c’est l’occasion pour moi de (re)poster sur Twitter quelques liens et idées sur Europeana. A suivre sur #EuropeanaElect.

2 réflexions sur “#EuropeanaElects : ma campagne sur Twitter

  1. Pingback: 3 minutes pour Europeana | Figoblog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s