Modéliser le Linked Data

Quand on se lance dans la modélisation, je suppose qu’à un moment on atteint un degré de complaisance (ou peut-être de folie furieuse) qui amène à tout théoriser, et pour que le modèle tienne la route, on finit par être obligé de créer des modèles qui expliquent comment on modélise les modèles.

Ça va vous paraître fou, mais en fait, c’est utile.

En juin j’ai visiblement raté une bonne occasion d’aller à Madrid pour la conférence Linked data on the Web 2009.
A noter dans les papiers de cette conférence, deux propositions intéressantes pour aider à modéliser le Linked Data.

La première, c’est IRW : Information Resources on the Web Ontology, par Harry Halpin et Valentina Presucci.
Pour les puristes, l’ontologie elle-même est ici.
Cette ontologie s’attaque à des notions sur lesquelles on peut gloser pendant des jours : les ressources informationnelles et non informationnelles, les représentations, les réalisations Web d’une ressource, et leurs URI respectives. La seule question qu’elle ne pose pas (probablement par pudeur ;-) c’est… la notion de document.

L’autre c’est un vocabulaire pour gérer la provenance dans le Linked Data, par Olaf Hartig de l’Université Humboldt de Berlin.
La spécification est ici pour les puristes, et pour ceux qui aiment plutôt les petits dessins, le powerpoint est .
Il s’agit de contribuer à l’établissement de la confiance dans le Linked Data en modélisant les informations de provenance qu’on peut associer à un ensemble de données.

Il y a plein d’autres trucs intéressants dans cette conférence. C’est juste que j’ai pas encore eu le temps de regarder.