Web sémantique appliqué aux collections numériques

En ce moment, je fais un peu de veille sur les technologies du Web sémantique appliquées aux bibliothèques (en général) numériques (en particulier). Je vous propose de m’accompagner dans cette découverte, à travers quelques exemples commentés.

Le premier que j’ai choisi est cette démo qui propose de construire une interface à facettes dans des images à partir de données en RDF. On peut consulter dans ce prototype trois collections d’images, indexées avec 4 vocabulaires différents.

Les "plus" : c’est le côté facettes que j’aime toujours autant, mais aussi la possibilité de rebondir de concept en concept à l’infini. Le système est tolérant aux erreurs ("fuzzy search"). Les données permettent de générer un accès chronologique aux objets (périodes, personnes, oeuvres) en relation avec une requête. D’ailleurs c’est très performant en termes de recherche temporelle (on peut chercher des notions comme avant, après…) On peut exprimer des notions assez complexes (comme la relation plus ou moins éloignée entre deux choses). En plus, les images sont très belles ce qui ne gâche rien.

Les "moins" : l’affichage de certaines données est parfois assez cryptique pour des gens qui ne manipulent pas les technos du web sémantique… notamment tout ce qui permet d’accéder aux relations. Heureusement la FAQ donne quelques explications entre deux détails techniques !

En fait c’est un des problème avec le web sémantique : si on n’explique pas, si on ne le montre pas exprès, le fait que ce soit fabriqué avec du web sémantique ne se voit pas. Ces technologies font partie des principes d’architecture propre, interopérable et normalisée, qui sont en général cachés aux yeux des utilisateurs. Ce n’est pas de la carosserie, ça n’en jette pas, c’est pas du web 2.0 quoi… Mais le bénéfice d’avoir une architecture propre et performante, sur le long terme, est inestimable.