Pendant ce temps, à New York…

… naît une nouvelle bibliothèque numérique : celle de la New York Public Library. Dont les serveurs sont tombés à l’heure qu’il est, mais ce n’est pas mon billet qui va alourdir considérablement la charge.

Enfin, c’est dommage car justement, je voulais écrire combien je trouvais leur interface agréable, facile à utiliser, inventive.

Pour cette bibliothèque numérique, le contenu se compose essentiellement d’images : photos, dessins, gravures, enluminures, cartes, affiches, etc. C’est vrai, le mode texte, c’est totalement la classe, mais les bibliothèques ne conservent pas que des documents textuels. Ceci dit, on peut imaginer que cette politique documentaire tournée vers l’iconographie vient en complémentarité d’un gros projet de numérisation de textes avec un partenaire privé ;-)

Que dire sur cette interface ? La recherche est simplissime, une seule case, avec un bon moteur (Lucene) qui tourne derrière. Les résultats se présentent sous forme de vignettes, assez petites pour qu’on puisse en mettre beaucoup, assez grandes pour qu’on voie de quoi il s’agit. Les images sont de bonne qualité, on peut les visualiser avec les notices ou sans. Chaque description comporte un lien vers la notice dans le catalogue. Il y a aussi des « rebonds », pas sur un seul champ mais sur plusieurs, avec un système de cases à cocher (je trouve ça excellent mais mon geek pense que personne ne se servira de cette fonction).

Parce qu’il faut aussi critiquer, regrettons le manque de citabilité et les URL de 3 km de long.

Quand je vois ce boulot, je ne peux m’empêcher d’espérer que leur collaboration avec Google ne les empêchera pas de récupérer une bonne copie de la numérisation, et de l’intégrer avec autant de réussite à leur propre bibliothèque numérique. Hélas, seulement en mode texte, donc en perdant au passage, pour les chercheurs utilisateurs avertis de cette remarquable interface, une partie du contexte (c’est-à-dire du sens) de l’ouvrage.

Merci à ResourceShelf et Deakialli.