Le W3C et les identifiants

Le W3C se penche depuis belle lurette sur l’identification pérenne des ressources numériques (dont vous devez avoir sacrément marre d’entendre parler ici à force, mais tant pis).

Il y a eu d’abord les URI (identifiants de ressources), puis les URN(noms de ressources), tous deux dès 1994.

Les URL (localisation de ressources) arrivent après, aussi bizarre que cela puisse paraître pour nous (mais du point de vue modélisation, c’est logique). Le fameux Cool URIs don’t change, document fondateur de la question de la pérennité de l’identification des ressources sur le Web, date de 1998.

Passé le tournant du siècle, on entre dans le Web sémantique et de nouveaux besoins apparaissent en termes d’identification : identifier des choses abstraites, des choses qui ne sont pas nécessairement des pages Web, et qu’elles puissent être identifiées par n’importe qui de façon unique sur le Web. Ces nouvelles réflexions donnent naissance au scheme "tag", une syntaxe simple pour permettre à n’importe qui de nommer de manière pérenne et unique une ressource (ou une personne, un concept quelconque). Les "tag URIs" ont une syntaxe simple qui permet à tout un chacun de générer des identifiants uniques :

tag:mon-nom-de-domaine.org,2005-03-01:nom

Ce genre d’identifiants est utilisé par exemple pour identifier les billets de blogs dans le format Atom.

En ce début d’année 2005, le W3C publie deux nouveaux documents :

  • l’un qui est une nouvelle version des URIs
  • l’autre qui concerne les IRIs (identifiants internationaux), qui ont l’air d’être des sortes d’URIs mais j’avoue que la portée de tout cela m’échappe encore.

Le 16 février 2005, le W3C a donc annoncé qu’il relançait le groupe URI, pour travailler donc sur les URIs et sur les IRIs.

Toute l’histoire est récapitulée ici.

Pour ceux qui auraient l’impression de n’avoir rien compris à ce billet : z’en faîtes pas, c’est normal.

2 réflexions sur “Le W3C et les identifiants

  1. Ahhh… Les FRBR… oui ça fait un siècle que j’ai promis à mon geek de faire un billet dessus. Il faut que je m’y mette !

Les commentaires sont fermés.