Faisons-le arriver !

Et voilà, après un an de travail et même plusieurs années de préparation, la journée satellite de l’IFLA sur le Web de données en bibliothèque est passée.

Nous avions intitulé cette journée « Let’s make it happen! » (titre que les collègues de la BnF ont fort heureusement traduit par « du projet à la pratique » et pas « faisons-le arriver » – la traduction est un art… ;-) parce que nous voulions que cette journée aborde le Web de données sous l’angle des mises en œuvre concrètes et non de la recherche ou de l’expérimentation.

Les participants ont bien joué le jeu, en choisissant de présenter leurs réalisations du point de vue de la gestion de projet (dans le cas de data.bnf.fr) ou du retour d’expérience (avec TEL, la NDL du Japon ou encore Electre).
J’ai trouvé très intéressante l’analyse proposée par Lukas Koster et Rurik Greenall, qui ont détaillé de façon plutôt abstraite les différents chemins qu’il est possible d’emprunter pour implémenter un projet de Web de données en bibliothèque, du do-it-yourself à l’utilisation de logiciels commerciaux en passant par l’open-source.
La question des autorités était omniprésente, de même que celle des vocabulaires qui ont été abordés sous différents angles (les créer, les maintenir, les utiliser) lors de la session de l’après-midi.

En parallèle de la conférence, nous avions également organisé deux ateliers, l’un destiné aux débutants et l’autre aux managers, afin de permettre des échanges plus interactifs.
Le tutoriel « débutants », animé par Ted Fons d’OCLC, a fait apparaître le fait que trois ingrédients sont indispensables pour faire du Web de données en bibliothèque : des personnes compétentes, des données et des outils. Si on n’a pas au moins deux des trois, mieux vaut s’abstenir !
Pour ma part j’animais avec Gildas Illien le tutoriel pour les managers. Nous avons essayé de donner quelques clefs pour susciter l’adhésion à un tel projet à l’intérieur d’une organisation, aussi bien auprès d’équipes opérationnelles comme les catalogueurs qu’auprès des décideurs. Les discussions ont été nourries et fort riches.

Enfin, j’avais invité plusieurs fournisseurs de logiciels et de services à clore la journée en partageant autour d’une table ronde ce que signifiait pour eux faire du Web de données en bibliothèque.
Pour Shlomo Sanders, d’Ex-Libris, la recette consiste à engager les développements internes de leurs logiciels dans la direction du Web sémantique, par exemple en utilisant systématiquement des URI. Pour Richard Wallis, d’OCLC, il s’agit de passer d’une logique orientée notice ou document à une logique qui s’appuie sur les « entités » (personnes, œuvres, concepts…). Enfin Nicolas Chauvat de Logilab a décrit ce que le Web pouvait apporter aux bibliothèques en termes de scalabilité et d’extensibilité.

Au final une journée réussie, si l’on en juge par les retours des participants. Les articles et résumés sont déjà en ligne, les présentations et captations vidéo des interventions devraient les rejoindre prochainement.
Un grand merci à tous ceux qui ont participé à l’organisation d’une façon ou d’une autre et à tous les participants qui étaient nombreux au rendez-vous.

Cette semaine nous poursuivons nos travaux à l’IFLA avec, en ce qui me concerne plus particulièrement, deux réunions du Semantic Web SIG :
– lundi à 15h, un « business meeting » c’est-à-dire une réunion de travail. Comme les réunions des standing committee, celle-ci est ouverte à toutes les personnes intéressées par l’avenir du groupe, ses activités… Nous évoquerons en particulier la nécessité de nommer un nouveau responsable de groupe, puisque je vais passer la main.
– Mardi à 16h c’est la « session ouverte » cette fois : au menu, discussions en petits groupes sur des sujets liés au Web de données et au Web sémantique, un peu comme l’année dernière.

J’espère que vous serez nombreux à venir parmi les 1000 français qui participent à ce congrès lyonnais !