UILLD : un satellite de l’IFLA

Me voici en direct de Singapour où j’ai assisté au 79e congrès de l’IFLA – il était temps que je me mette à bloguer car c’est le dernier jour ici ! Je ne ferai pas un compte-rendu exhaustif de ce congrès, mais je voudrais revenir sur quelques éléments liés à ma marotte habituelle : le Web sémantique.

Cette année, la section Information Technology dont je fais partie organisait une « rencontre satellite » sur un sujet particulièrement intéressant : les interfaces utilisateurs basées sur le Web de données en bibliothèque (User Interaction Based on Library Linked Data ou UILLD). En effet, après plusieurs années passées à se focaliser de manière principale sur la technologie d’une part, la publication des données d’autre part, il semblait important d’aborder la question du Linked Data du point de vue de ce qu’il apporte à l’utilisateur final.

La conférence durait toute une journée ; elle se déroulait dans la Jurong Regional Library de Singapour.
Un mot sur les satellites : c’est une véritable tradition de l’IFLA. Ils se déroulent avant ou après le congrès lui-même, durent une à deux journées et s’intéressent à un sujet en particulier parmi la pléthore des thèmes abordés par les différentes sections. Ces derniers temps il y en avait une bonne vingtaine autour de chaque congrès.
Parce qu’ils se focalisent sur un sujet précis et prennent le temps de le traiter en détail, je trouve que les satellites sont généralement plus intéressants que les sessions du congrès lui-même (en tout cas, c’était mon 2e satellite et cette impression que j’avais eue la première fois s’est vérifiée). Il n’est donc pas rare que des gens viennent uniquement pour assister à l’un de ces satellites et pas au congrès lui-même.

Pour en revenir à UILLD, je vais reprendre ici une citation tirée de la présentation de Martin Malmsten : vouloir « vendre » (au sens marketing du terme) l’idée de Web de données sans montrer d’interface, c’est un peu comme de vouloir vendre un fax alors que le papier n’aurait pas encore été inventé. Les interfaces ne sont peut-être pas au cœur du problème quand on parle de Web sémantique, mais au stade où nous en sommes, elles sont devenues absolument nécessaires pour démontrer à un public de non spécialistes, en particulier aux décideurs, l’intérêt de cette technologie.
C’est la raison pour laquelle il semblait vital d’organiser un événement focalisé sur ce sujet au sein de l’IFLA, parce que l’IFLA est justement un lieu où l’on touche beaucoup de professionnels de divers horizons et en particulier des cadres.

En ce qui concerne le contenu de cette rencontre, j’ai eu l’occasion de présenter l’interface du Centre Pompidou virtuel et Patrick Le Bœuf a évoqué le projet Opencat dont j’ai déjà parlé ici. Il semblerait qu’OpenCat ait bien évolué et je trouve que ce projet reste vital pour notre communauté, car il est le premier à démontrer l’utilisation des technologies du Web sémantique pour réaliser la même chose que ce qu’on faisait avec le catalogage partagé traditionnel, mais en mieux ;-)

Nous avons aussi pu voir des démonstrations d’interfaces réalisées par des personnes en dehors de notre communauté (développeurs, chercheurs) et qui utilisent des données de bibliothèque grâce à leur existence dans le Web de données : c’était le cas d’une application de visualisation pour terminaux mobiles (présentée par Bernhard Humm), ou d’un espace d’échanges de notes entre chercheurs (que nous a montré Ryan Shaw). Ils utilisent en particulier des données d’autorité pour servir de référentiels de personnes.
Ces expériences tendent à montrer que ces données n’auraient pas pu être utilisées (ou pas aussi facilement, ou l’idée ne leur serait pas venue) si elles n’avaient pas été présentes dans le Web de données. Plus encore, ils ont témoigné que les données de bibliothèques ont été choisies, après comparaison avec d’autres sources, pour leur qualité et leur précision ! C’est plutôt une bonne nouvelle.

Je suppose que les diverses présentations et articles complets seront mis en ligne prochainement. J’essayerai de penser à mettre à jour ce billet…

Je vais conclure en annonçant que l’année prochaine, nous organisons également un satellite sur le Web de données en bibliothèque. Il aura lieu à Paris, à la BnF, le 14 août. Plus d’infos à ce sujet bientôt.