IFLA 2010 – Au jour le jour (3)

La 3e journée de l’IFLA, hier vendredi, a commencé en beauté avec la plénière de Hans Rosling. Il nous a invité à revisiter nos idées reçues sur la répartition du monde entre pays développés et en voie de développement. Sa présentation est disponible sur Vimeo ; je ne peux pas vous dire si ce sera aussi décoiffant qu’en vrai, mais je peux vous garantir que nous avons passé un très bon moment. Vous pouvez également visiter le site Gapminder (nommé d’après la mention sur les quais du métro londonien, « Mind the Gap ») où vous retrouverez ses graphiques de statistiques animées, les vidéos de ses présentations à TED, etc.

Ensuite, en ce qui me concerne, j’ai aligné les réunions des « standing committee » / comités permanents des différentes sections dont les activités m’intéressent.
Ces dernières années, dans l’espoir de réduire la durée du congrès et par là son coût, l’IFLA a décidé de rendre optionnelle la deuxième réunion des comités permanents des sections. En pratique, les sections ont besoin de cette deuxième réunion. Déjà qu’on ne se voit qu’une fois par an, cela ne paraît pas excessif de faire le point une fois au début et une fois à la fin de la semaine, ne serait-ce que pour partager le résultat des travaux qui se sont tenus dans les groupes de travail entre temps. La conséquence c’est que cette deuxième réunion n’apparaît pas dans le programme, et qu’elle se déroule en parallèle des conférences.

Bref. Petit aperçu interne de ce qui se passe dans ces réunions.
Les sections, je crois que je l’ai déjà dit, ont un président (chair) et un secrétaire qui animent la réunion. Les membres (élus) de la section siègent à la table, et les observateurs s’installent en retrait (certaines sections, c’est le cas de la section IT, invitent les observateurs à leur table, ce qui n’est possible évidemment que si on est relativement peu nombreux – impossible donc dans une section comme Catalogage).

La réunion commence généralement par un tour de table ou chacun se présente.
Ensuite, les sujets abordés incluent le rapport des sous-groupes ou groupes de travail, le rapport du trésorier sur le budget de la section, la mise à jour (annuelle en principe) du « strategic plan » de la session, et d’autres sujets administratifs.

Ainsi l’année prochaine sera une année d’élections ; sujet qui a été abordé dans la plupart des réunions auxquelles j’ai assisté. Les élections touchent tous les niveaux de l’IFLA, à savoir de bas en haut :
– les membres des sections : si vous voulez devenir membre d’une section, vous devez demander à votre institution (qui doit être membre de l’IFLA) de proposer votre candidature. Les membres sont élus pour 4 ans en deux fois (par exemple, dans l’IT section, certains membres ont été élus pour 2007-2011, et d’autres pour 2009-2013 ; de cette façon tous les membres ne risquent pas de changer en même temps.) Ce processus aura lieu vers le mois d’octobre ; les nouveaux membres siègeront pour la 1e fois à Puerto Rico l’année prochaine.
– les officiers des sections : le président, le secrétaire, le trésorier et le responsable de l’information (qui s’occupe notamment de la Newsletter de la section). Ils doivent être membres de la section et sont élus dans leurs fonctions pour 2 ans. Ils bénéficient d’une formation spécifique, assurée par l’IFLA pendant le congrès.
– les responsables des divisions : l’IFLA a été réorganisée l’année dernière et compte maintenant 5 grandes divisions qui regroupent les sections. Les divisions ont chacune un président qui siège de droit au comité professionnel et au governing board.
– Le comité professionnel et le governing board sont les groupes qui pilotent l’IFLA. Le governing board compte, en plus des membres de droits (les présidents des divisions, le président du comité professionnel, etc.), dix membres directement élus parmi les membres des sections. Le président du comité professionnel est aussi élu. Toutes ces fonctions sont concernées par les élections de l’année prochaine.
– Enfin, le (ou la) président(e) de l’IFLA : il est élu pour 2 ans, mais en décalage 2 ans avant son terme (c’est un peu compliqué). Il prend alors le titre de « president-elect » en attendant que le président précédent termine son terme. Actuellement Ellen Tise est présidente, et Ingrid Parent est « president-elect ». Donc l’année prochaine, Ingrid Parent sera présidente, et un nouveau président-elect sera élu.
Je sais, c’est horriblement compliqué ; mais enfin, il m’a fallu deux ans pour recoller tout cela ensemble, donc j’ai pensé que ça pouvait être utile si je partageais. Il faut savoir qu’on peut très bien vivre à l’IFLA en n’ayant qu’une connaissance minimale de tous ces processus (si on n’est pas officier). Les gens se soucient donc assez peu de vous l’expliquer quand vous débarquez.

Pour en finir avec les comités permanents des sections, un des sujets qui les occupe est la préparation des conférences de l’année suivante, et éventuellement l’organisation des conférences satellites.
Chaque section a en principe un créneau de 2h dans la conférence, mais elles peuvent se grouper et ainsi démultiplier leur temps (comme nous l’avons fait cette année avec la session « Libraries and Semantic Web »).
A Puerto-Rico en 2011, il y aura un satellite sur RDA organisé en collaboration avec le JSC. De notre côté, nous aimerions organiser un événement sur le Web sémantique en 2012 (le congrès aura lieu à Helsinki). Du travail en perspective !

Après tout ça, nous avions bien mérité le délicieux dîner informel de la section IT, que nous avons pris dans un restaurant suédois sur Kungsportavenyn, et la soirée dansante (un autre événement très fameux de l’IFLA : quand les bibliothécaires se mettent à danser…) qui nous a gardés en mouvement jusque tard dans la nuit.

2 réflexions sur “IFLA 2010 – Au jour le jour (3)

  1. Merci pour les explications sur les fonctionnement de l’IFLA, ça répond à mes questions ! J’aimerai bien y participer alors je vais creuser :-). Sympa de suivre ton journal de bord, vivement la suite !

  2. merci pour ces brèves quotidiennes !
    La vidéo de Rosling ne montre que le speaker mais pas du tout ce qu’il vous a montré !! ce qui rend le propos difficile à comprendre. Je vous propose d’aller voir l’enregistrement sur le site TED (http://www.ted.com/index.php/talks/hans_rosling_shows_the_best_stats_you_ve_ever_seen.html) qui date déjà de 2006 – et qui avait fait le tour de la planète web à l’époque : l’enregistrement montre les écrans. En plus le système propose des sous-titrages … en français. Je pense que le contenu est le même.
    Le traitement de données revu et corrigé. C’est décoiffant.

Les commentaires sont fermés.