Politique

Je ne suis pas spécialement une adepte du métablogging (le métablogging est au blog ce que les métadonnées sont aux données : bloguer à propos du blog :-) ce qui fait que j’ai pu écrire pendant des années sans jamais ressentir le besoin d’expliquer ma « politique éditoriale » (à part de façon minimaliste, ou pour indiquer que je partais en vacances). Pourtant elle existe bel et bien, et régulièrement, je la remets en cause, en change une règle ou deux, m’accorde (ou ne m’accorde pas) des exceptions et des digressions.

Aujourd’hui, alors que j’ai sérieusement envisagé d’arrêter de bloguer, je ressens davantage le besoin de faire un point sur : pourquoi / comment je blogue ? Aussi parce que je ne peux plus tout à fait ignorer le fait que quelques personnes lisent ce que j’écris, que je n’écris pas que pour moi-même. Le contrat de lecture ne peut plus être totalement implicite, j’ai besoin de m’expliquer.

Voici donc, en 10 points, la politique éditoriale de mon blog.

Mon blog est un outil de gestion de connaissances personnel (PKM pour les intimes… oups !)
Je blogue d’abord pour moi-même, cela a toujours été le cas et doit le rester. Le fait de vouloir bloguer pour les gens qui me lisent est la première marche vers le découragement : peur de ne pas être à la hauteur de leurs attentes, peur d’être trop technique ou pas assez, risque de se sentir obligé de bloguer sur des sujets qu’on n’a pas envie, risque de devenir médiocre en recherchant l’audience… Tout cela finit par me donner l’impression que je perds mon temps en bloguant. Donc, avant chaque billet, m’astreindre à me demander s’il m’est utile, à moi.

Mon blog n’est pas exhaustif
Cela m’est parfois arrivé de me sentir obligée de bloguer un truc simplement pour être exhaustive dans ma veille sur certains sujets, « au cas où les gens compteraient sur moi » pour en parler. Je ne veux plus me fixer ce genre d’impératifs. Nous sommes suffisamment nombreux maintenant dans la biblioblogosphère francophone pour qu’aucun de nous ne se sente obligé de bloguer. Considérons que l’exhaustivité ne peut être que collégiale.

Mon blog n’est pas unique
Et son contraire est vrai également : il m’est arrivé de m’interdire de bloguer un truc parce que quelqu’un l’avait fait avant moi. Ce qui est idiot car après, quand j’ai besoin de réutiliser l’info pour un autre usage, c’est dans mon blog que je cherche, pas dans celui des autres. Je m’autoriserai donc à doublonner.

Mon blog est un réservoir bibliographique…
En effet, un des principaux usages avérés de mon blog est d’être un réservoir directement utilisable quand je dois écrire un article ou préparer un support sur un sujet. Je l’utilise pour récupérer les références amassées et gagner du temps sur la rédaction et la structuration de mes idées.

… inexploré
Jusqu’à maintenant, j’avais une règle qui était de ne pas publier une référence sans avoir pris le temps de la lire et d’en faire une revue critique. Clairement, ce n’est plus possible aujourd’hui, je n’ai plus le temps. J’envisage donc de publier plus régulièrement des liens sans avoir lu leur contenu, de façon à pouvoir les stocker pour plus tard. (Auparavant je faisais cela dans Delicious, mais Delicious n’est pas un réservoir de liens, c’est un cimetière ;-)

Mon blog reflète mes intérêts, pas mon expertise
Beaucoup de blogueurs privessionnels ont expérimenté cela : on a pu m’attribuer une certaine expertise sur des sujets qui reviennent régulièrement sur ce blog. Mais cela me semble utile de rappeler que j’utilise le plus souvent le blog comme outil de réflexion sur les sujets que justement, je voudrais maîtriser mieux. Bloguer sur les sujets où on se sent expert finit par être plutôt ennuyeux et redondant. Je me fixe comme objectif d’élargir le champ de mes centres d’intérêts, et d’en abandonner des vieux au profit des nouveaux.

Mon blog est un terrain d’apprentissage
Le fait de m’astreindre à écrire, donc à structurer ma pensée et à documenter mon propos, me permet de monter en compétences sur le sujet que j’aborde. Quand je relis des vieux billets je souris parfois devant ma naïveté passée… mais c’est très important pour moi justement de préserver cet espace de naïveté. Je suis comme un stagiaire à qui on demande une fiche de lecture sur un sujet pour voir s’il en a bien compris les enjeux. Ce sont des billets de « réflexion apprenante » sur lesquels je sollicite également l’oeil critique de mes lecteurs.

Il ne faut pas mélanger travail et plaisir. Enfin si.
Bloguer utile, c’est bloguer sur les sujets qui vont alimenter les projets en cours, les réflexions sur le feu et les sujets d’actualité du boulot. Il y a donc un déterminisme fort du travail sur le blog… Mais le blog c’est pour le plaisir avant tout, alors pas de contraintes ! Le blog est aussi une démarche personnelle et indépendante, avec toute liberté de s’éloigner du dur labeur quotidien.

Mon blog n’est pas prioritaire sur la vie
Vous m’y avez vous-mêmes encouragée, il faut tolérer le ralentissement. Quand on a autre chose à faire, on ne blogue pas et ce n’est pas grave. Je vous annonce donc très officiellement que je me suis fixé d’écrire un billet par semaine, et que je n’ai pas l’intention de m’y tenir ;-)

Bloguer libre ou mourir !
Je voudrais surtout éviter d’avoir à me prendre la tête sur chaque mot que j’écris en me demandant comment il pourrait être (mal) perçu. Considérons donc cette mise au point comme la porte ouverte sur la possibilité de bloguer exactement comme j’en ai envie, avec insouciance, irrégularité, dans l’approximation et l’imperfection, et sans me prendre au sérieux. Comme j’ai toujours essayé de le faire.

6 réflexions sur “Politique

  1. oh là là… entre la baisse de régime pour de bonnes raisons, le questionnement post estival to blog or not, et aujourd’hui cette très sérieuse politique éditoriale (et un dimanche en plus ?) ! on est vraiment perturbé nous, maintenant.
    Mais un espoir : pondre un truc pareil, c’est qu’il y a donc une suite ;-) Dalb

  2. Merci pour toutes ces précisions, comme le Dalb, on sait maintenant que ton blog ne s’éteindra pas encore et c’est tant mieux! il m’a aidé à comprendre beaucoup de choses au cours de mes études et il continue encore maintenant! Je ne remercierais jamais assez ma prof de recherche d’information en DUT qui nous en a donné l’adresse pour nous aider à comprendre ce qu’elle nous racontais!!

    A bientot!

  3. Oui, pour la PKM, j’avais vu, c’était une boutade (je n’ai pas pu résister à la laisser : du risque des identifiants signifiants…)

    Pour la politique éditoriale : comme tout contenu textuel sur mon blog c’est CC-by-nc : tu peux la réutiliser, la modifier, en faire ce que tu veux, sauf la revendre… du moment que tu cites l’origine ;-)

  4. Je suis heureuse d’avoir lu cet article. J’emprunterais bien votre politique éditoriale pour mon propre blog, moi aussi. D’abord, j’opterai pour la première de vos lois. Tacitement, je m’obligerai à ne pas me mettre la pression. Et dire que ce n’est qu’après avoir lu votre billet que j’ai osé envisager une pareille éventualité… Il est drôle le monde d’aujourd’hui ;)

Les commentaires sont fermés.