Ma table lumineuse

Pour sauvegarder des informations personnelles dans un espace numérique, on connaissait les paniers (« mettre dans le panier », un grand classique des sites qui veulent vous faire acheter quelque chose) et même parfois les caddies.

Evidemment, tout cela n’est pas très bibliothéconomique ; on a rarement vu les lecteurs parcourir les rayonnages armés d’un grand panier en osier ou d’un caddie de supermarché. Que pourrait-on inventer ? Le chariot à livres ? Le pupitre ?

A la bibliothèque numérique de l’INHA ils ont trouvé qu’il fallait que ce soit non seulement bibliothéconomique, mais encore histoire-de-l’art-esque, d’où probablement le choix du terme de "table lumineuse". Ca m’a interloquée, j’attends toujours de trouver le bouton où il y a la lumière.

Le choix du PDF pour le visualiseur, avec toutes ces fenêtres qui s’ouvrent pour un oui ou pour un non, est aussi assez décevant à mon avis – même si c’est un beau PDF avec une table de structure physique et des vignettes des pages.

A part ça il y a plein d’estampes numérisées et ça c’est chouette.

2 réflexions sur “Ma table lumineuse

  1. Bibliothécaire française, je reviens d’Amsterdam. J’y ai visité une bibliothèque publique : des paniers rouges de supermarché sont à disposition des lecteurs…

Les commentaires sont fermés.