Web services sans savon

La façon "canonique" de faire des Web services utilise le protocole SOAP (qui signifie, bien évidemment, "Simple Object Access Protocol" et certainement pas "savon"). Il existe néanmoins un groupe d’irréductibles geeks qui luttent encore et toujours contre cette architecture complexe et font des Web services avec REST (qui signifie, je vous le donne en mille, non pas qu’on a envie de se reposer mais " Representational State Transfer").

Alors qu’est-ce que REST ? Pour faire horriblement abrégé, REST consiste à utiliser les protocoles « ordinaires » du Web : HTTP avec ses méthodes GET et POST, sans recourir à l’enveloppe XML spécifique qu’est SOAP.

Grâce à cette définition très étendue des Web services, vous faîtes peut-être (sûrement, même) des Web services sans le savoir : OAI, RSS, par exemple, fonctionnent par l’envoi d’informations en XML via des services de type REST.

On trouve chez Eric Lease Morgan un récapitulatif du séminaire Web services d’OCLC en 2002. Bon ça date un peu, mais ça explique bien de quoi on parle, et il reprend les différents types de Web services qu’on utilise déjà en bibliothèque. Il réexplique même la différence entre SOAP et REST au cas où la mienne vous paraîtrait insuffisante.

Par ailleurs, sur XML.com, on peut lire aussi quelques articles sur REST en forme presque de pamphlet :

Un autre jour je parlerai de SOAP.