De l’OAI dans Google… ou du Google dans l’OAI ?

La blogosphère bibliothéconomique bruit aujourd’hui, malgré le week-end de Pâques et les oeufs dans le jardin : Google aurait passé un accord avec le MIT et d’autres Institutional repositories pour indexer des ressources du deep web. Selon cet article qui fait couler beaucoup d’encre virtuelle, Google projetterait de donner accès aux ressources de 17 partenaires universitaires par l’intermédaire de sa page de recherche avancée.

C’est en lisant l’article jusqu’au bout qu’on découvre que c’est OCLC qui ferait l’intermédaire entre les données bien cachées et Google, ce qui nous ramène ici, où il est question certes de harvester en OAI des entrepôts DSpace, mais ensuite de rendre ces données accessibles pour des moteurs tels que Google (pas seulement Google, donc ?)

Tout ceci nous rappelle une vieille histoire d’il y a au moins un mois, entre Yahoo et l’Université de Michigan, le premier se proposant d’harvester en OAI les ressources du second.

Et puis tant qu’on y est, ça me rappelle une aventure encore plus antédiluvienne, il y a deux mois avec cette affaire de projet Ocean, une grande histoire de numérisation entre Google et la bibliothèque de l’Université de Stanford, dont on a plus jamais entendu parler depuis. Mais c’est pas grave, ça me fait une excuse pour mettre une photo de mes vacances.