Pourquoi j’ai accepté de sacrifier mes URL

Suite au déménagement du Figoblog, certaines personnes ont été émues par ma décision de ne pas assurer la continuité de service sur les URL des billets. En effet, comment peut-on consacrer tant d’énergie à défendre la cause des identifiants pérennes et se retrouver au final, tel le cordonnier, si mal chaussé ? Quelques explications s’imposent.

D’abord, un mot sur la cause technique. Comme je l’indiquais dans mon précédent billet, le Figoblog tourne maintenant sur une plateforme hébergée, à savoir WordPress.com. Si Got avait eu la main sur le serveur, il aurait pu mettre en place une réécriture d’URL : mes adresses en « /node/[identifiant-du-billet] » étaient en effet suffisamment simples pour que cela puisse fonctionner et l’identifiant a bien été récupéré dans les métadonnées du billet lors de la migration. Mais c’est ça, le problème du SAAS : on n’a pas toutes les fonctionnalités qu’on veut.

Ceci posé, comment aurais-je pu faire pour éviter ce drame, ce génocide, la mort de plus de 600 pauvres petites URL qui n’avaient fait de mal à personne ?

Pour commencer, j’aurais pu choisir une autre plateforme offrant cette fonctionnalité. Il aurait alors fallu que je fasse un critère de priorité de cette fonction, critère qui se serait trouvé prépondérant par rapport aux autres intérêts de WordPress.com (notoriété, gratuité, simplicité d’utilisation, etc.) bon, ce n’est pas le choix que j’ai fait ; il me semblait que les avantages de l’utilisation de cette plateforme, dont le fait qu’on a migré en 24h chrono, surpassaient les inconvénients.

J’aurais aussi pu choisir de laisser mon blog où il était et d’en commencer un nouveau. Après tout, c’est ce que font beaucoup de gens : voyez par exemple ARHV qui a déménagé pour l’Atelier des icônes avant de fermer boutique et passer sur Image sociale. Sur chacun de ses « anciens » blogs, un message indique qu’il est fermé et pour lire la suite, renvoie au nouveau. De fait, les vieux liens vers ARHV que j’ai pu créer dans mes anciens billets fonctionnent toujours.
C’est à dire qu’au lieu de tuer 600 URL, j’aurais pu accepter de laisser mourir mon blog tout seul… Mais tout entier.
Ah non. Ça, ce n’était pas possible. Vous voyez, je suis quelqu’un qui a besoin de changement. Souvent, je déplace tous les meubles de mon salon. Et quand j’en ai marre de déplacer les meubles et que je recherche un changement plus radical, je déménage. Mais je n’ai encore jamais déménagé en abandonnant tous mes meubles et mes cartons derrière moi.
En plus, pour être très franche, je n’ai pas l’intention de me remettre à bloguer beaucoup plus souvent ; alors quitter un blog pour en créer un nouveau qui resterait vide, cela n’avait pas tellement de sens.
Enfin, dans l’opération, j’aurais perdu la notoriété associée à mon nom de domaine : figoblog.org. Le fait que les gens le connaissent, ainsi que son référencement.

Donc quand Got m’a annoncé que les URL allaient être brisées, j’ai dit « tant pis ».
Comment puis-je encore me regarder dans une glace et dormir sur mes deux oreilles après avoir pris une décision pareille ? J’ai plusieurs choses à dire pour ma défense.
La première, c’est que ce n’est qu’un blog. Je n’ai jamais pris le moindre engagement institutionnel quant à la pérennité des URL de chaque billet. Le web change, bouge, chaque jour des URL naissent et meurent. Il y a des dizaines, des centaines de liens morts dans les vieux billets du Figoblog que j’ai emmenés avec moi dans ce déménagement. C’est la vie. Si on veut une image figée du web, il faut aller dans les archives (ou le dépôt légal).
La deuxième, c’est que d’un point de vue fonctionnel, j’estime qu’aujourd’hui on dispose de tous les outils nécessaires pour retrouver un billet, à commencer par le moteur de recherche intégré (là, à gauche). Et grâce à ma nouvelle plateforme, on tombe directement sur ce moteur quand on arrive sur un lien mort sur mon blog.
Last but not least, il me semble que l’usage principal d’un blog n’est pas (ou rarement) d’accéder aux vieux billets par des favoris. En général on les retrouve par son moteur de recherche préféré et de toute façon ce sont les nouveaux billets qui comptent (même si en me relisant j’ai trouvé quelques vieux trucs intéressants !) Quant aux twitts et autres posts Facebook qui sont mes principaux référents, ils sont encore plus éphémères…

Que peut-on retenir de cette aventure ? Et bien, que la pérennité a un coût. Maintenir des URL implique de trouver un équilibre entre le niveau de pérennité nécessaire et attendu des identifiants et les moyens dont on dispose pour les maintenir.
Sur mon ancien blog, le fait même de bloguer était devenu compliqué, laborieux, je ne pouvais plus voir le design en peinture, il y avait des bugs et du spam et plein d’autres inconvénients. Il fallait migrer. Got et moi n’avions que des moyens humains très réduits à consacrer à cette migration et nous avons dû faire des choix. Nous avions tout testé avec succès sur WordPress.com : l’import des anciens billets, les fonctionnalités front et back-office… Si je m’étais crispée sur cette histoire d’URL, tout était à refaire et la migration sans doute remise aux calendes grecques.

Pour résumer, la maintenance des URL était une fonction secondaire en termes d’usage, pour laquelle nous n’avions pas de politique stricte, et dont le coût était tel qu’il était susceptible de menacer l’activité elle-même (le blog). Dans ces cas-là, il faut savoir faire son deuil.

3 réflexions sur “Pourquoi j’ai accepté de sacrifier mes URL

  1. Ce qui est intéressant dans cette défense à son corps défendant, c’est qu’elle pointe très bien la limite de la pérennité des URL (qui devient impossible avec la démultiplication des évolutions des sites) et le fait que celle-ci est en effet devenue sans grande importance, puisqu’il est le plus souvent assez aisé de retrouver un billet, même si ses liens sont brisés…

    Enfin, presque. J’ai fait le test avec l’URL d’un vieux billet du Figoblog que j’avais référencé : http://www.figoblog.org/document1840.php Le document est bien toujours là : https://figoblog.org/2007/06/22/1840/ Mais cette requête a souligné il me semble un choix technique regrettable : celui de ne pas être passé à des URL lisibles, avec les mots clefs du titre ! Le problème est que si l’on a conservé uniquement l’URL (avec un numéro de document) sans son titre, il est impossible de retrouver le contenu sur le site actuel (enfin, si mais c’est plus difficile) ! On aura beau taper 1840 dans le moteur, celui-ci ne renverra à rien. Si l’URL avait été http://www.figoblog.org/2007/avenir-OCR-HCR.html celle-ci donnait les mots clefs pour retrouver les contenus… quelque soit son évolution… ;-)

    Bon c’était juste pour chipoter. Heureux de retrouver ce beau blog et j’espère que sa nouvelle mouture saura aussi riche que l’ancienne.

  2. Tu as tout à fait raison, Hubert. Je n’ai jamais été très fan des URL qui contiennent le titre du billet, notamment pour des raisons d’unicité et de… pérennité. Ce qui prouve que j’avais tort !

  3. Aïe ! Condoléances :'(

    c’est triste à dire mais en dépit de toutes les solutions de redirection, il y a bien pérennité et pérennité…

    bon, je retourne à mes ARK ! longue vie au nouveau Figoblog et merci pour vos articles !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s