En direct de l’IFLA

Il faut que je songe a remplir mes devoir de blogueuse IFLA (fonction attestée par le ruban bleu que je porte sur mon badge) et ne pas céder à la facilité en me contentant de réflexions en moins de 140 caractères…

Le congrès a commencé comme à son habitude intensément, avec les réunions des comités permanents samedi matin, le caucus des francophones samedi soir, la session d’ouverture et les premières sessions thématiques dès dimanche. Pas de week-end pour les congressistes ! (pas de jour ferié non plus, cela va sans dire).

Le programme est très intéressant cette année et on regrette de ne pas pouvoir se dédoubler pour assister à plusieurs sessions à la fois. Heureusement, grâce au fil Twitter #wlic2011 qui est assez bien alimenté, on peut avoir une idée de ce que se passe dans les autres salles.

Ainsi le Web sémantique est à l’honneur et il a été abordé hier dans deux sessions qui se déroulaient en parallèle : la session des bibliothèques d’art, avec une présentation sur VIAF et celle de la section de Catalogage avec le projet polymath, un projet sur les autorités en Linked Data dont j’avais entendu parler parce qu’ils ont présenté un use case au LLD XG. Dans cette 2e, il semblerait que la question de l’avenir de MARC (ou son absence en l’occurrence ;-) ait été évoquée. Elle le sera encore dans d’autres sessions.

En parallèle encore, le FAIFE (Committee on Freedom of Access to Information and Freedom of Expression) organisait une session intitulée « how to fix the world », oui, rien que ça ! ou il a été question (d’après le flux Twitter) notamment des émeutes en Egypte et des libertés individuelles.

Ce matin, après avoir écouté la session plénière ou il était question de propriété intellectuelle, je me suis rendue a la réunion du Namespace task group. Ce groupe, pour l’instant plus ou moins informel, réunit plusieurs sections et groupes de l’IFLA pour coordonner la publication des standards bibliographiques sous forme de vocabulaires RDF.
Cela faisait longtemps que le groupe ne s’était pas réuni (je me demande même si ce n’était pas la première fois… On avait surtout travaillé par mail par le passé) et c’était tout à fait passionnant. Parmi les sujets abordés, nous avons évoqué le problème de la traduction des labels dans des langues autres que l’anglais, les liens entre vocabulaires, le dédoublonnage des notices…
Les activités de ce groupe seront liées à celle du groupe d’intérêt spécialisé sur le Web sémantique, le SWSIG, que je réunis mercredi matin à 9:30 (si des congressistes me lisent : surtout n’hésitez pas à y assister, même par simple curiosité !)

A suivre…