ISWC 2008 (6) – les enjeux de la normalisation

Si tout le monde s’accorde à dire que la normalisation est une des grandes forces du Web sémantique, celle-ci est loin d’être un long fleuve tranquille. Le « panel » ou table ronde sur OWL 2 en était un bon exemple. J’ai entendu certains se lamenter que le fait de faire étalage des doutes, mésententes et contradictions qui existent dans la communauté autour de l’évolution normative risquait de la discréditer, mais je dois dire que je ne partage pas tout à fait cet avis. De mon point de vue, l’existence de forces contradictoires, voire de lobbys, dans un domaine normatif sont inévitables, sauf à considérer un domaine dont l’envergure est limitée et où le consensus s’impose de lui même. Il n’y a qu’à voir comment cela se passe à l’ISO TC46 où se discutent les normes du domaine de l’information. Bref, si ces normes font débat, c’est que beaucoup de gens s’y intéressent, ce qui est plutôt bon signe.

Après, en ce qui concerne la normalisation d’OWL 2, je ne suis pas sûre d’avoir perçu tous les enjeux mais en gros on peut les résumer comme cela : pour certains (notamment ceux qui ont une approche pragmatique du SemWeb dans l’esprit du Linked data), OWL est un formalisme beaucoup trop complexe et détaillé. Pour d’autres (en particulier les logiciens et tous ceux qui font des recherches sur l’aspect « raisonnement » du SemWeb), il est insuffisant et limité. Dans OWL 2, on propose un système de « profils » qui vont permettre de n’utiliser qu’un sous-ensemble de OWL tout en restant interopérable…. mais ce n’est pas simple de trouver un consensus.
L’enjeu est d’autant plus important que la tendance à l’ubiquité du Web pousse vers une utilisation très large d’OWL pour toutes sortes de besoins, alors que ce formalisme n’a jamais été conçu pour remplacer tous les modes de représentation des connaissances, pour certains prééxistants, qui peuvent être utiles dans leur diversité.

Si cela vous intéresse, je vous invite à lire les notes prises avec exhaustivité ici et l’analyse développée .

J’ai aussi participé à une intéressante discussion de couloir sur la différence entre Powder et OAI-ORE.
C’est vrai que si on s’en tient à la définition de Powder :

« a mechanism through which structured metadata (« Description Resources ») can be authenticated and applied to groups of Web resources. »

et qu’on la compare à celle d’ORE :

« Open Archives Initiative Object Reusae and Exchange (OAI-ORE) defines standards for the description and exchange of aggregations of Web resources. »

on pourrait se poser des questions.
Alors pour résumer, Powder permet de qualifier en masse des triples en s’appuyant sur des expressions régulières dans les URI. L’assertion Powder porte sur chacun des triples sélectionnés (ex. tous ces triples ont pour langue le français). Au Powder est associé un mécanisme d’authentification qui permet de prouver l’origine des assertions. Powder intègre un protocole qui permet de demander en http des infos sur une seule URI. Usage prévu : par ex., demander la taille et le type de contenu avant d’afficher un site sur un mobile.
Au contraire Oai-ore est basé sur le principe des « named graph » (graphes nommés) c’est à dire que l’assertion associée à un ensemble de triples regroupés dans une « resource map » porte uniquement sur cette « resource map » et pas sur les triples eux-mêmes (voir mon explication d’Ore ici mais c’était pas très clair et il n’était pas encore en version 1.0, il faudrait que je me replonge dedans…) En plus dans Ore il n’y a pas de protocole.
Enfin, si j’ai bien compris, la principale différence entre les deux est que Powder sert à associer des métadonnées à des URIs à posteriori (ce n’est pas le créateur de la ressource qui le fait mais un tiers). Alors que dans Ore, on structure la description de la ressource en fonction des métadonnées qu’on veut lui associer (c’est le créateur de la ressource qui associe les métadonnées). Bon ça n’a l’air de rien, mais ça change tout.
Pardon pour cette petite digression. Donc il s’agit bien de deux choses complètement différentes, et chacun va pouvoir continuer à normaliser tranquillement dans son coin. Au fait, à quand un groupe de travail pour les bibliothèques dans le Web sémantique ?

Ce billet clôt la série ISWC 2008. J’en ai fini avec mon compte-rendu, vous pouvez reprendre une activité normale, c’est-à-dire, si vous êtes un geek, retourner lire d’autres blogs plus intéressants, et si vous êtes un bibliothécaire, c’est fini, tout va bien, vous pouvez revenir ;-)