Don’t Panic !

Tels sont les mots inscrits sur la couverture d’un des plus célèbres ouvrages de l’univers, le Guide du Voyageur Galactique (H2G2 pour les intimes). Il m’a semblé ces derniers jours que ce livre, qui peut vous sortir des pires situations (comme par exemple être précipité dans le néant de l’Univers avec une espérance de vie de 30 secondes) à l’aide d’une serviette éponge, et qui détient la réponse à la fameuse question de la Vie, l’Univers et du Reste (42), ce livre donc était probablement la solution adéquate dans ce moment de doute.

Et en effet, dans le second opus de l’Oeuvre M. Douglas Adams, qui s’intitule Le Dernier restaurant avant la Fin du Monde, on peut lire à la page 228 (édition Folio SF) :

Le problème majeur – l’un des problèmes majeurs, car ce n’est pas le seul – l’un des nombreux, donc, problèmes majeurs que soulève l’exercice du pouvoir est fonction de qui on trouve pour l’exercer ; ou plutôt, de qui s’arrange à amener les gens à le laisser l’exercer sur eux. En résumé, il est un fait patent, que ceux-là mêmes qui ont le plus envie de gouverner les gens sont, ipso facto, les moins aptes à le faire. Pour résumer le résumé : quiconque est apte à parvenir à se faire élire président ne devrait à aucun prix être laissé libre d’exercer cette fonction. Pour résumer le résumé du résumé : les gens sont un vrai souci.

Sur cette méditation transcendentale et anarchiste qui me rappelle un peu ma jeunesse, je vais retomber dans mon mutisme printanier, et, le Guide du Routard (le vrai) dans une main et mon ordinateur portable dans l’autre, je pars en exil bibliothéconomique à Barcelone.