Vous grokkez ?

Grokker est un outil de visualisation qui utilise Yahoo (et quelques autres sources) pour proposer une façon alternative de naviguer dans des résultats de recherche.

Ce qui est intéressant, c’est qu’on a une approche originale de la recherche d’information : sur une requête, l’outil propose différents points de vues, différentes façons d’aborder le mot recherché. Pour prendre un exemple, si on cherche des informations sur Paris, au lieu de bêtement trier les pages où le mot "Paris" apparaît le plus volontiers, il fait des recoupements et propose des liens commerciaux, des hôtels, des bulletins météo, des ressources sur la Tour Effeil, sur l’histoire de Paris, etc. On peut ensuite zoomer sur cette carte d’informations, explorer de plus près l’un des aspects, et aller jusqu’à une vignette et un descriptif des sites recensés.
Comparé à un moteur traditionnel, textuel, on va donc passer beaucoup plus de temps à explorer les résultats, et beaucoup moins à cliquer sur les sites pour voir ce qu’il y a dedans.
Gain de temps ? Cela reste à voir, notamment en fonction de la pertinence du terme recherché et de celle des outils qui vont proposer les rapprochements d’idées.

Pour évaluer l’intérêt d’avoir ces différents points de vue sur l’information, vous pouvez jouer avec le "grokker puzzle" et essayer de deviner la requête à partir des résultats de la recherche… (accès par le petit menu en bas de cette page)

Deux autres outils sympas pour montrer l’intérêt de la visualisation pour la recherche, ou plutôt, l’appréhension de certains types d’information :

  • Newsmap pour les actualités
  • Gnod pour la musique et les bouquins.

Et enfin un article, à l’usage des bibliothécaires, qui fait le point sur ce sujet dans Library Journal.

3 réflexions sur “Vous grokkez ?

  1. Est-ce à dire que nous avons un moteur sortant d’une classification peu ou prou hiérarchique des résultats pour une classification à facettes ?

  2. Disons qu’il détermine des facettes à la volée. Le résultat peut donc être parfois surprenant, ou pire… Mais oui, en gros on aboutit à un principe de butinage proche des classifications à facettes.

Les commentaires sont fermés.