Le BBF nouveau est arrivé

Le dernier numéro de notre périodique bibliothéconomique national est consacré au patrimoine, avec trois premiers articles excellents sur la définition du terme lui-même. Pour les consulter en toute liberté, passer par la page d’accueil pour s’authentifier.

Pour Michel Melot, le patrimoine n’est pas créé par la communauté mais la définit. Ainsi,

L’existence d’un patrimoine n’est pas, pour une communauté, un supplément d’âme : le patrimoine est nécessaire à l’existence de cette communauté. La communauté n’existe que parce qu’elle se représente dans des objets patrimoniaux.

Il en donne pour exemple, entre autres, la langue, la mémoire, et bien sûr les biens matériels, le patrimoine individuel lui-même ne se définissant que par rapport à une collectivité. J’admire toujours autant Michel Melot, ses idées lumineuses et ses métaphores décapantes, par exemple :

On pourrait en dire autant de l’alphabet dit « phonétique » dont la norme imposée par l’imprimerie pourrait être accusée comme « Windows » d’abus de position dominante.

Pour Frédéric Barbier, qui entame avec une définition éthymologique rigoureuse, c’était à l’origine justement tout le contraire :

là où la collectivité définissait son patrimoine selon des catégories juridico-politiques, c’est, aujourd’hui, le patrimoine qui définit et fonde la collectivité.

L’aspect intrinsèque du patrimoine pour la communauté serait donc une création de notre ère contemporaine en mal d’identité.

Le même Frédéric Barbier pousse plus loin son analyse et nous invite à nous méfier de « l’utopie de la reproduction » qui accompagne l’apparition de chaque nouvelle technologie, aujourd’hui la numérisation :

D’une manière générale, l’expert, donc le bibliothécaire, devra être sensible aux utopies de la reproduction : l’utopie de la reproduction universelle (tous les textes seraient transposés sur un nouveau support)(…). L’utopie, aussi, de la reproduction « transparente » – laquelle rejoint, dans une certaine mesure, l’utopie de l’information « transparente »…

Enfin, Henri-Jean Martin interviewé par le BBF déclare

le patrimoine est une création continue

et que

La lecture publique (…) ne devrait pas exister

avec un petit côté provocateur qui lui sied si bien.

On profitera aussi dela page "panorama du Web" qui signale un grand nombre de ressources sur la numérisation du patrimoine avec quelques exemples de collections numérisées.