Confiture de figues, petite synthèse

Nous y voici enfin : les figues sont mûres et abondantes, sur les marchés elles débordent des étals, dans certains coins de France on peut les ceuillir sur les arbres esseulés au coin des routes.

Voici donc un petit rappel utile pour réaliser une bonne confiture de figues.

Pour ceux qui, comme moi, cherchent à conserver toute la saveur et la consistance de la figue, préférer une recette où on les conserve entières. Pour cela il faut les faire cuire longtemps, à feu très doux et après les avoir blanchies à l’eau bouillante et percées avec une aiguille à tricoter. On choisira de préférence les petites figues noires de Provence ou d’Espagne, ne pas hésiter à les prendre bien mûres, même archimûres, ce qui fera aussi la joie du marchand.

Pour les adeptes de la confiture qui s’étale, on procède avec les figues comme avec n’importe quel autre fruit : on les coupe, on les fait cuire, voilà. On peut même donner un coup de mixer à la fin. Si c’est l’homogénéité qu’on cherche, on peut même pousser le vice jusqu’à les éplucher : c’est recommandé notamment pour les grosses figues turques qu’on trouve dans les supermarchés. Ce type de confiture se fait aussi très bien avec des figues blanches, dont le goût est plus léger et plus subtil.

Enfin, pour ceux qui préfèrent le bi-goût, les figues se marient volontiers :

  • avec des épices (cannelle, badiane, gingembre) les petites figues noires
  • avec des agrumes, oranges ou citrons, les figues blanches
  • avec d’autres fruits : des raisins, des fruits rouges (mieux vaut utiliser les figues noires mais j’ai pas essayé avec les blanches).

Retrouvez toutes les infos et les recettes nécessaires ici !

3 réflexions sur “Confiture de figues, petite synthèse

  1. Il est certain qu’avec ce fruit fragile et éphémère, il est primordial de ne pas oublier les réserves pour le reste de l’année.
    Mais en ce moment, quel régal ! Elles sont là les figues, gonflées, prêtes à exploser ! Vertes ou brunes, rouge écarlate ou marron et délicatement sèches à l’intérieur ! A part le prix, qui en fait un plat de roi et sa fragilité absolue, c’est le moment de s’en faire des ventrées !

  2. On voit tout de suite ceux qui habitent dans le Sud, au plus près de la source de production… la chance…

  3. Héhé au plus prés, dans mon jardin ya un figuier encore merci pour la recette, je mis met des maintenant =)

Les commentaires sont fermés.