Figoblog Un blog sur Internet, la bibliothéconomie et la confiture de figues

Haro

Après presque 5 semaines de vacances, il va me falloir un peu de temps pour me remettre de ces émotions et remonter la longue file d'attente de la veille en retard (même si j'en ai purement et simplement abandonné une partie, d'ailleurs j'ai découvert à cette occasion qu'on ne pouvait pas avoir plus de 200 items dans un fil dans Bloglines...).

Le butin de l'été

Butin de l'été

Voilà que se terminent des vacances riches en figues. J'en ai ramené quelques souvenirs :
- une serviette brodée figues
- le figoun, dont j'ai déjà parlé
- deux sortes différentes de biscuits à la figue, et un paquet des fameux et délicieux "croquants"
- une sorte de confiture, sortie des chaudrons de Lucien Georgelin
- une drôle de tarte aux figues sèches et à la lavande (ça sent fort la lavande)

Par Manue le 15 août, 2007 - 20:22 dans

Le Figoun

Enfin, après bien des recherches, je l'ai trouvé : le figoun !

figoun

Son existence m'avait été signalée par des lecteurs avisés. J'en ai cherché sans succès : des liqueurs de figues, des sirops de figues, ça oui, mais le vrai, l'authentique Figoun, rien d'autre que quelques traces ça et là sur le Web, parfois sans rapport.

Par Manue le 13 août, 2007 - 10:36 dans

La collection numérique dans l'espace

Un des gros problèmes avec le numérique, c'est l'absence totale de perception spatiale qu'on peut avoir en entrant dans la collection. Or nous autres êtres humains, nous avons besoin de nous représenter notre environnement, et le sens que nous utilisons le plus volontiers pour cela, c'est la ''vue''. Avoir une vue d'ensemble d'une collection numérique, ce n'est pas un gadget, c'est complètement essentiel pour permettre d'appréhender sa nature, son contenu, sa forme et son potentiel.

Par Manue le 14 juillet, 2007 - 11:20 dans

Moteurs de recherche et données structurées

Il y a toujours un livre dans mon moteur.

Voyons ce qui se passe en Australie quand on travaille sur l'indexation des données structurées, en s'appuyant sur des fonctionnalités propres aux moteurs de recherche : lisons l'article Relevance ranking of results from MARC-based catalogues : from guidelines to implementation exploiting structured metadata par Alison Dellit et Tony Boston, bibliothèque nationale d'Australie, février 2007.

Il y est question de Libraries Australia, un genre de super catalogue collectif australien, dont l'objectif est de devenir aussi courant pour les Australiens que Google ou Amazon... a challenge.

Premier point : la pertinence. On a pris l'habitude de voir arriver en premier les résultats les plus intéressants. Contrairement aux bibliothécaires qui éprouvent le vertige des chiffres, les usagers ne remarquent même pas qu'on leur présente des milliers de résultats. Ils prennent les premiers.
Pour une bibliothèque ce n'est pas aussi anodin qu'on pourrait le croire de calculer la pertinence des résultats. On peut toutefois s'appuyer assez tranquillement sur les données structurées des notices bibliographiques pour ce faire :

Matches in the title, author and subject fields, and those fields which describe the format, nature or form of the item, are more important than general matches within the record.
Matches in multiples of the

Par Manue le 9 juillet, 2007 - 21:40 dans

Retour sur Facebook

Après cette courte introduction, je vais essayer de re-bloguer. Il me reste exactement une semaine avant de vous quitter pour des cieux plus radieux, n'emportant dans ma besace que ce qui est nécessaire à ma survie, et une connexion internet n'en fera pas partie. Espérons que je trouve l'énergie d'écrire entre temps les quelques petits billets qui me trottent dans la tête.

Par Manue le 8 juillet, 2007 - 10:16 dans

Miaou

Je trouve que je ne parle pas assez de chats dans ce blog.

Mimi the geek cat

Par Manue le 7 juillet, 2007 - 19:04 dans

L'avenir de l'OCR : l'HCR

"HCR" pourrait vouloir dire "human character recognition", eh oui, je vous présente aujourd'hui un projet révolutionnaire qui permet de faire de la reconnaissance automatique de caractères en utilisant... des gens.

Le projet reCAPTCHA est tout à fait emblématique du pragmatisme à l'américaine qui caractérise des projets comme Internet Archive. Il part d'un genre de syllogisme :

  • quand on numérise, on a du mal avec l'OCR parce que certains mots ne peuvent être reconnus que par des humains
  • sur le web, on utilise des mots qui ne peuvent être reconnus que par des humains pour faire barrage aux robots
  • on n'a qu'à utiliser les mêmes humains pour reconnaître les deux types de mots !

Donc voilà, on va proposer aux blogs et autres sites de ce genre d'utiliser comme antispam un captcha à deux mots : le premier, connu par l'ordinateur, permet de faire barrage aux robots, et le second est un mot extrait de la numérisation d'IA qu'on n'arrive pas à océriser. Si plusieurs utilisateurs "numérisent" le même mot, celui-ci est validé dans IA.

Amis blogueurs qui avez des problèmes de spam de commentaires (ce n'est pas mon cas parce que je suis sous Lodel, mais bon, ça va peut-être changer, enfin bref), faites une bonne action : utilisez un captcha reCaptcha. C'est gratuit, c'est un web service, c'est accessible et en plus, ça génère de la

Par Manue le 22 juin, 2007 - 09:36 dans

Presse U.S.

La Library of Congress a mis en ligne le site Chronicling America consacré aux journaux anciens.

C'est le fruit d'un projet qu'on suit depuis un moment, le NDNP (National digital newspaper program) - à ne pas confondre bien évidemment avec le NDIIPP qui, lui, porte sur la conservation numérique.

Le "plus" : bien sûr on peut chercher en plein texte dans ces journaux, mais surtout le visualiseur est carrément bluffant.

Le "moins" : cette espèce de granularité à la page. Evidemment avec la presse ça simplifie la vie, je suis bien placée pour le savoir, mais ça fait un peu bâclé.

Merci à 10KY blog.

Par Manue le 20 juin, 2007 - 22:02 dans

Livre dans ta Face

Du côté de nos amis biblioblogueurs anglosaxons, j'observe depuis quelques temps un certain "buzz" autour du réseau social Facebook. Un buzz à vocation bibliothéconomique, indéniablement ; d'ailleurs la première fois que j'en ai entendu parler ça devait être à ELAG.

En fait, je n'ai jamais été très branchée réseaux sociaux ; à part une courte expérience sur Ning dans la continuité des biblioblogs, je ne me suis jamais inscrite au moindre réseau auparavant. Donc voilà, Facebook, je tente ou plutôt, j'explore.

En fait ce qui a attiré mon attention sur Facebooks c'est un autre outil, Libguides. Il s'agit d'un système de publication qui permet de fabriquer facilement des descriptions de collections dans une style "2.0", comme par exemple ça : Finding Newspapers. Vous remarquerez le côté "humain" du bibliothécaire, dont on peut voir la photo à côté de son oeuvre et à qui on peut laisser un message même en temps réel : un service qui autant que je puisse en juger n'existe pas dans une bibliothèque de la vraie vie parce que 1. les bibliothécaires ne signent pas personnellement leurs outils de recherche et 2. la consultation de l'outil et la rencontre avec le bibliothécaire sont souvent des phénomènes asynchrones.

En outre, ce système de publication de guides est Facebook-proof, ce qui semble être un gros

Par Manue le 14 juin, 2007 - 20:39 dans
Design Figoblog 2008 - Image from http://www.europeana.eu - http://photo.rmn.fr : Codex Vindobonensis, series nova 2644: folio 4 verso